Qu'est-ce que l'insuffisance rénale aiguë ?

particulier santé conseil

L’insuffisance rénale se caractérise par l’incapacité du rein à assurer sa mission de filtration du sang. Les personnes qui en sont atteintes peuvent demander la reconnaissance du handicap. Point sur les symptômes, causes, traitements de l’insuffisance rénale.

Les causes de l’insuffisance rénale aiguë (IRA)

L’insuffisance rénale est définie par un dysfonctionnement dans les capacités du rein à mener à bien sa mission : filtrer le sang. Pour mesurer le taux de fonctionnement des reins, on mesure le débit de filtration glomérulaire. Celui-ci est mesuré par ce que l’on appelle la clairance de la créatinine. La créatinine est une molécule transportée par le sang puis éliminée par les reins dans les urines. Si une personne présente un fort taux de créatinine dans le sang, c’est que les reins ne remplissent plus leur mission correctement.

L'insuffisance rénale est qualifiée d'aiguë, et on parle alors d’IRA, lorsque le débit de filtration glomérulaire chute fortement et subitement. Cette baisse peut-être due à plusieurs facteurs et peut durer de quelques heures à quelques jours.

L'Insuffisance rénale aiguë (IRA) apparaît après une hémorragie, une septicémie, une chute brutale de la pression artérielle ou d’une complication opératoire. Elle peut aussi être due à ce que l’on appelle la néphropathie : un arrêt brutal de la fonction des reins. Cela peut arriver lors d’un arrêt de l'apport de sang au rein. Il peut également s’agir d’une obstruction au niveau des voies de l'écoulement des urines. Cela arrive, par exemple, en cas de calcul au niveau des reins. En cas de déshydratation, la baisse de la circulation sanguine filtrée par les reins peut également provoquer une IRA.

Les symptômes de l’insuffisance rénale aiguë (IRA)

 

En cas d’insuffisance rénale aiguë (IRA), les symptômes visibles sont souvent ceux de la pathologie qui provoque cette chute de l’activité des reins. Toutefois, on peut parfois remarquer des douleurs lombaires ou abdominales, du sang dans les urines ou une absence d’urine. Ces symptômes en particulier apparaissent en cas d’insuffisance rénale obstructive.

Les traitements de l’insuffisance rénale aiguë (IRA)

Pour traiter l’insuffisance rénale aiguë (IRA) il y a plusieurs méthodes, choisies en fonction de la cause du dysfonctionnement des reins.

En cas d’insuffisance rénale obstructive, il faudra mettre en place un système de dérivation des urines en urgence. Dans la majorité des cas (déshydratation, néphropathie,…) l’insuffisance rénale est réversible.

Si celle-ci devient chronique, en dehors du traitement de la pathologie qui provoque le dysfonctionnement, il faudra remplacer l'organe qui ne fonctionne plus. En attendant la transplantation, le système de dialyse permet de remplacer le rein en remplissant ses fonctions.

Dialyse : deux possibilités

L'hémodialyse réalisée à l'hôpital doit être effectuée plusieurs fois par semaine. Le patient est relié à une machine dans laquelle circule le sang. Cette machine va remplir le rôle du rein malade et nettoyer le sang. Une seconde technique a l’avantage de pouvoir être réalisée à domicile : il s’agit de la dialyse péritonéale. La fonction de filtre du sang est réalisée à l’intérieur de l’organisme, grâce à la membrane péritonéale.

L’insuffisance rénale : un handicap ?

L’insuffisance rénale, si elle devient chronique, peut être reconnue comme un handicap. Pour faire une demande de reconnaissance de handicap, il faut contacter les services sociaux de sa commune et remplir un formulaire à envoyer au Service public fédéral de la Sécurité sociale. C’est cet organisme qui déclarera le patient handicapé, ou non, et lui attribuera un nombre de points en fonction de son niveau de handicap. En fonction de ce nombre de point et de ses revenus, le patient pourra bénéficier d’allocations de remplacement des revenus, d’exonérations d’impôts, de carte de stationnement, de certaines réductions pour les transports en commun, etc.

Sur le même thème
  • Maladies neurodégénératives : quelles sont les causes ?
    Publié le 20.05.2018

    Les maladies neurodégénératives sont des pathologies à l'évolution progressive affectant le fonctionnement du système nerveux, et plus particulièrement, celui des cellules du cerveau. Ces dernières touchent principalement les personnes avançant en âge. Quels sont les profils les plus exposés ? Où en sont les recherches sur les maladies neurodégénératives ? Quels sont les signes annonciateurs ? Faites le point.

  • La prévention des maladies cardio-vasculaires
    Publié le 16.01.2020

    Les maladies cardio-vasculaires constituent la première cause de mortalité dans le monde et sont également responsables chaque année, de l'incapacité ou de l'invalidité de millions de personnes. En France, près de 30 % des décès chez les hommes sont la conséquence directe ou indirecte des troubles cardio-vasculaires. Ces pathologies sont ainsi la deuxième cause de décès (après le cancer) chez les hommes et la première chez les femmes et les plus de 65 ans, selon une étude de l'INSEE, parue en 2014.