Retraités : le sport est votre allié santé

Retraités : le sport est votre allié santé

L’activité physique est bénéfique à tout âge de la vie. Mais elle est d’autant plus conseillée passé 65 ans car elle apporte de nombreux bénéfices. À condition toutefois d’adapter sa pratique à ses capacités : nos conseils pour continuer ou débuter le sport.

Quels sont les bénéfices de l’activité sportive ?

Dès 50 ans, le corps change. La masse musculaire a tendance à fondre, les articulations sont moins souples et la force générale s’amenuise. Si on ne fait rien, ces tendances vont s’accentuer et réduire petit à petit la mobilité et conduire à un mauvais vieillissement.

Une étude britannique sur les effets de l’activité physique menée auprès de plus de 3 500 sexagénaires montre que 4 ans de pratique d’une activité sportive peuvent multiplier par 7 les chances de vieillir en bonne santé !

Toutes les recherches vont dans le même sens : les effets positifs sont nombreux et en particulier pour :

  • La réduction du risque d’obésité et le contrôle du poids ;
  • La baisse du niveau du mauvais cholestérol ;
  • La diminution de la tension artérielle ;
  • La réduction des risques de maladies cardio-vasculaires ;
  • Le renforcement musculaire ;
  • Une meilleure réponse au stress et une moindre tendance à l’état dépressif ;
  • Un équilibre plus sur conduisant à la réduction des chutes.

Le sport protège également les fonctions cognitives c’est-à-dire la capacité à se concentrer, à acquérir des connaissances, à raisonner, à utiliser ses facultés de coordination. En oxygénant le cerveau, elle renforce également la mémoire.

Faire entrer le sport dans son quotidien est donc une bonne règle d’hygiène de vie à adopter pour vieillir en bonne santé et continuer à profiter pleinement de la vie.

L’autre allié : la bonne alimentation

Pour bien bouger, il faut aussi bien se nourrir. Le programme national nutrition santé préconise ainsi de privilégier une nourriture équilibrée, riche en calcium et en protéine, mais réduite en sel. Il conseille également de boire beaucoup d’eau et de limiter la consommation d’alcool. Et les fruits et légumes peuvent être consommés à volonté !

Quelles pratiques privilégier ?

L’important est de bouger. Toute activité physique a un effet bénéfique. Le bricolage et le jardinage font ainsi partie des bonnes pratiques s’ils impliquent un engagement physique. Les promenades quotidiennes ou le simple fait de réaliser son marché favorisent de la même façon la bonne santé.

Pour ce qui concerne le sport, sont conseillés ceux qui permettent un renforcement musculaire de façon douce comme la marche, le vélo, l’aquagym ou la natation. Il n’est évidemment pas interdit de jouer au tennis, de faire du jogging, ou même de jouer au football si la pratique est déjà installée !

Le plus important est surtout la régularité. Ainsi l’organisation mondiale de la santé (OMS) préconise aux plus de 65 ans 2 h 30 d’activité d’endurance d’intensité modérée ou au moins 75 minutes d’activité d’endurance d’intensité soutenue, ou une combinaison équivalente des deux chaque semaine.

Une alternative : l’activité physique adaptée

Le sport est aussi conseillé aux personnes souffrant de problèmes de santé comme les maladies chroniques. Car une activité physique, même légère, reste bénéfique. C’est pourquoi a été développée l’activité physique adaptée (APA). Il s’agit d’une pratique individuelle réalisée par des professionnels spécialement formés. Les séances, construites en fonction des capacités de la personne, permettent de travailler sur la mobilité et la flexibilité. Elles sont particulièrement recommandées après une chute afin de reprendre confiance.
 

À noter

L’APA peut être prescrite par le médecin traitant dans le cadre d’un accompagnement d’une affection de longue durée (ALD).

Nos solutions

Découvrez la solution qui vous correspond en quelques clics

Sur le même thème
  • Médecines douces, quel remboursement ?

    Médecines douces, lesquelles sont remboursées ?

    Alternatives, douces, naturelles : il existe une grande variété de pratiques qui n’entre pas dans la définition conventionnelle de la médecine. Ces modes de soins différents sont de plus en plus utilisés mais sont-ils bien remboursés ? Nos réponses ci-dessous

  • Deuxième avis médical : quand et pourquoi ?

    Deuxième avis médical : quand et pourquoi ?

    Tout patient a le droit de consulter un deuxième médecin pour obtenir un nouvel avis sur son état de santé. Ce deuxième avis permet d’être mieux accompagné dans sa prise de décision sur un traitement ou une intervention chirurgicale. Nous vous donnons quelques conseils pour utiliser cette possibilité au mieux.

  • Retraités : pensez aux garanties hospitalisation

    Retraités : pensez aux garanties hospitalisation

    Les séjours, même courts, à l’hôpital peuvent engendrer des frais importants. Or, plus on avance en âge et plus on est susceptible d’être hospitalisé ou de séjourner en centre de rééducation. Souscrire à une garantie frais d’hospitalisation vous permet de réduire votre reste à charge tout en bénéficiant de services supplémentaires.