Cancer colorectal : dépistage, symptômes : tout ce qu'il faut savoir

Cancer colorectal : dépistage, symptômes : tout ce qu'il faut savoir
Publié le 04.11.2021

Les habitudes de vie et l’âge sont les deux facteurs déterminants du cancer du gros intestin. Si vous avez plus de 50 ans, vous pouvez être concerné. Heureusement grâce au dépistage national et à la détection précoce, ce cancer peut être bien soigné. Eléments clés à retenir.

Les symptômes du cancer colorectal

Le cancer colorectal est une maladie des cellules qui tapissent la paroi interne du côlon ou gros intestin. Il se développe à partir d’une cellule qui se transforme et se multiplie de façon anarchique, jusqu’à former une tumeur maligne : un cancer.

Il peut se manifester de différentes manières, la plus connue étant les traces de sang dans les selles. Toutefois, d’autres symptômes peuvent apparaitre comme : 

  •  des douleurs abdominales ;
  •  une constipation soudaine ou qui s’aggrave ;
  •  une diarrhée qui se prolonge ;
  •  une alternance entre diarrhée et constipation ;
  •  une envie constante d’aller à la selle ;
  •  une masse à la palpation de l’abdomen.

Tous ces symptômes doivent vous inciter à consulter un médecin. Il jugera s’ils sont liés à un risque cancéreux ou à d’autres maladies et indiquera les examens ou traitements nécessaires.

D’autres symptômes peuvent être des signaux d’alerte que vous devez prendre en compte. Si vous vous sentez fatigué, avez peu ou pas faim et finissez par maigrir, il y a là aussi urgence à consulter. Et toute anémie est à signaler au médecin qui vous suit.

C’est une règle générale à appliquer : après 50 ans, votre santé doit être surveillée régulièrement et toute anomalie être prise en charge pour assurer une bonne prévention santé.

La prévention est d’ailleurs fondamentale pour ce cancer particulier. En effet, il existe des facteurs personnels et familiaux qui peuvent vous exposer à cette maladie : des antécédents de cancer dans la famille, des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, des maladies génétiques. Si c’est votre cas, vous devez avoir une surveillance très régulière de votre santé.

Hormis ces cas particuliers, ce cancer est très lié à l’avancée en âge : 9 malades sur 10 ont plus de 50 ans. Surtout, les habitudes de vie jouent un rôle conséquent dans le développement de la maladie et en particulier :

  • Une alimentation trop riche notamment en graisses animales
  • Une consommation importante de viande rouge
  • L’inactivité physique
  • Le surpoids
  • La consommation de tabac ou d’alcool (selon Santé publique France, 21 % de ces cancers sont dus à ce dernier facteur)

Modifier votre mode de vie est donc le meilleur moyen de lutter contre la maladie. L’activité physique est un des éléments essentiels à privilégier car son effet protecteur est démontré pour beaucoup de pathologies liées à l’âge. Et il est même possible de pratiquer pendant un traitement : l’atelier sport et cancer de Malakoff Humanis vous permet ainsi de bénéficier de deux séances gratuites par semaine de thérapie sportive avec un professionnel.

Le dépistage du cancer colorectal

Ce cancer est le deuxième plus fréquent chez la femme et le troisième chez l’homme. Il touche 44 000 personnes par an et présente un taux de survie de 63 % à 5 ans. Ce chiffre qui peut effrayer doit être relativisé : en cas de détection précoce, la survie peut dépasser les 90 %. Le dépistage est donc un moyen très efficace de lutter contre cette maladie.

C’est pourquoi une campagne nationale de dépistage est organisée par l’Assurance maladie. Elle concerne toutes les personnes de 50 à 74 ans. Ce dépistage gratuit est proposé tous les deux ans par courrier aux personnes concernées.

Et il est très simple à réaliser : après avoir reçu votre courrier de l’Assurance maladie, il vous suffit de contacter votre médecin traitant. Celui-ci vous remettra le kit de dépistage que vous utiliserez pour prélever chez vous un échantillon de vos selles. Vous enverrez ce prélèvement dans l’enveloppe spécifique sous 24 heures. Et les résultats vous seront adressés quinze jours plus tard environ.

Votre médecin peut, pour compléter le dépistage ou parce que vous êtes considéré comme une personne à risque, vous demander de réaliser un dépistage plus poussé à savoir une coloscopie. Cet examen sous anesthésie générale consiste à introduire une sonde via l’anus pour examiner tout le côlon ainsi que le rectum, à la recherche de polypes. Il permet de lever tout doute. Il est souvent prescrit aux personnes présentant des risques spécifiques.

Pour que vous puissiez réaliser ces dépistages dans de bonnes conditions, tous ces examens vous sont remboursés par la mutuelle Malakoff Humanis.

Sur le même thème