Mutuelle : quelles solutions quand on est au chômage ?

Visuel - Mutuelle : quelles solutions quand on est au chômage ?
Publié le 08.10.2019

Ce n’est pas parce qu’on est au chômage qu’on ne doit pas bénéficier d’une couverture santé efficace. Il existe des solutions pour continuer de protéger sa santé, même en cas de perte d’emploi.

En période de chômage aussi, il faut pouvoir continuer d’être remboursé de ses frais médicaux.  Vous êtes actuellement sans emploi et vous souhaitez connaître vos options pour faire le bon choix. Vous avez raison d’étudier sérieusement la question, car une solution peut être plus avantageuse qu’une autre selon votre situation.

Notre premier conseil : ne restez pas sans mutuelle, surtout si vos besoins de santé sont importants, en dentaire ou en optique par exemple. 

Dans tous les cas, prenez le temps d’analyser vos besoins et de comparer les coûts des solutions qui s’offrent à vous. Voici quelles sont vos principales options :

  • bénéficier de la portabilité de la complémentaire santé de votre dernier employeur et la conserver au chômage
  • vous rattacher à la mutuelle de votre conjoint en tant qu’ayant-droit
  • souscrire à une mutuelle individuelle
  • bénéficier de la Complémentaire Santé solidaire (CSS).

Option 1 : conserver sa mutuelle d'entreprise au chômage

Depuis le 1er juillet 2009, il est possible de prolonger l’adhésion à sa mutuelle d’entreprise après la fin de son contrat de travail, pendant 1 à 12 mois. C’est-ce qu’on appelle la portabilité.  Vous pouvez en bénéficier dans les cas suivants :

  • démission
  • rupture conventionnelle
  • fin de CDD ou de contrat d’apprentissage
  • licenciement (sauf si c’est un licenciement pour faute lourde)

Les avantages pour vous en situation de chômage :

  • vous restez couverts sans rupture, pendant une période équivalente à la durée de votre contrat, ou d’un maximum de 12 mois, avec les mêmes garanties
  • le financement de la mutuelle reste réparti entre vous et votre dernier employeur
  • la démarche est simple : vous n’avez pas de demande à formuler, vous devez simplement justifier votre prise en charge par Pôle Emploi, par exemple à l’aide d’un justificatif d’allocation.
  • la portabilité prend fin lorsque vous retrouvez un emploi, si vous atteignez l’âge de la retraite ou lorsque vous arrivez en fin de droit au chômage.

Comme vous avez l’habitude de cette mutuelle, vous pouvez penser qu’elle conviendra très bien, le temps pour vous de retrouver un emploi. C’est tout à fait possible, mais pensez quand même à bien mettre en regard les niveaux de garanties et vos besoins : si vous êtes célibataire, sans enfant, en excellente santé et sans besoins particuliers, peut-être trouverez-vous dans un contrat individuel dans un contrat individuel une formule plus adaptée et à un prix plus intéressant pour vous.

Lire aussi : La portabilité des droits santé et prévoyance en pratique

Option 2 : se rattacher à la mutuelle de votre conjoint

Vous êtes mariés ou pacsés et votre conjoint bénéficie d’une mutuelle d’entreprise ? Demandez à être rattaché à son contrat.

Les avantages pour vous :

  • une démarche plutôt simple :  votre conjoint doit se rapprocher de son employeur pour formuler sa demande
  • un tarif qui peut être préférentiel
  • un interlocuteur unique pour couvrir toute la famille.

Option 3 : souscrire à une mutuelle individuelle

Pour continuer à bénéficier d’une couverture santé, il est possible de souscrire à une mutuelle individuelle. Il existe des formules de base qui couvrent les besoins indispensables, à un coût adapté. Veillez bien à ce qu’elle couvre les frais les plus courants (médecin, pharmacie, etc.), l’hospitalisation - qui peut vite coûter très cher -, et à vérifier les différentes options proposées comme l’optique ou le dentaire.

Les avantages pour vous en cas de chômage :

  • la possibilité de personnaliser votre offre au plus près de vos besoins.
  • vous maîtrisez vos coûts en choisissant une formule simple.

Lorsque vous retrouverez un emploi, vous pourrez résilier très simplement votre mutuelle individuelle pour souscrire à celle de votre nouvel employeur.

Lire aussi : Comment résilier sa mutuelle individuelle ?

Quels sont mes recours si je n’ai pas les moyens de souscrire à une mutuelle individuelle ?

Si vous n’avez pas les moyens de payer une mutuelle santé pendant votre période de chômage, vous pouvez sous conditions bénéficier de la Complémentaire santé solidaire (CSS), qui a remplacé la CMU-C (Couverture Maladie Universelle Complémentaire) et l’ACS (Aide à la Complémentaire Santé) au 1Er novembre 2019.
Destiné aux personnes à revenu faible ou modeste, ce dispositif est une aide pour payer les dépenses de santé. Pour savoir si vous êtes éligible, et comment en faire la demande, rapprochez-vous de votre caisse d’assurance maladie ou consultez cet article.

Vous l’aurez compris, vous ne serez pas sans solution pour votre santé, même en période de chômage. Le plus important est d’analyser vos besoins pour continuer à vous soigner sereinement et de ne pas hésiter à faire valoir vos droits.

Sur le même thème
  • Période de chômage, arrêt maladie : qu'en est-il de mes points retraite ?

    Période de chômage, arrêt maladie : qu'en est-il de mes points retraite ?

    Comme un grand nombre de salariés, vous avez dû faire face à des situations particulières au cours de votre carrière. Vous vous demandez si vos périodes de chômage, arrêt maladie, maternité… ont été prises en compte dans le calcul de votre retraite ?

  • Comprendre et choisir sa complémentaire santé

    Comprendre et choisir sa complémentaire santé

    Publié le 20.05.2018

    Mieux comprendre ce qu'est une complémentaire santé, ses garanties, ses mécanismes de remboursement vous permettra de vous guider dans le choix d'une complémentaire.

  • Visuel - Souscrire une mutuelle santé : comment procéder ?

    Souscrire une mutuelle santé : comment procéder ?

    C'est décidé, vous souscrivez à une nouvelle complémentaire santé. Nous vous expliquons comment effectuer votre adhésion, quels documents fournir et quels doivent être vos principaux points de vigilance.