Les conditions de départ à la retraite

Durant votre carrière, des cotisations sont prélevées sur vos salaires, déterminant ainsi des droits à retraite. Malakoff Humanis vous aide à comprendre les conditions de départ.

La retraite à taux plein

Pour obtenir sa retraite du régime de base, il faut aujourd'hui avoir 62 ans. Cette borne concerne les personnes nées à partir de 1955. Toutefois, certaines situations autorisent à partir à la retraite plus tôt.

Âge légal de départ à la retraite en fonction de l'année de naissance

Année de naissance Âge légal
Avant 01/07/51 60 ans
Entre le 01/07/1951 et le 31/12/1951 60 ans et 4 mois
1952 60 ans et 9 mois
1953 61 ans et 2 mois
1954 61 ans et 7 mois
À partir de 1955 62 ans


Pour percevoir une retraite à taux plein, vous devez valider entre 160 et 172 trimestres, selon votre année de naissance, auprès des régimes de base. C’est ce qu’on appelle la durée d’assurance.

Nombre de trimestres à valider en fonction de l'année de naissance

Année de naissance Durée d'assurance en trimestres Durée d'assurance en années
1948 (ou avant) 160 40 ans
1949 161 40 ans et 3 mois
1950 162 40 ans et 6 mois
1951 163 40 ans et 9 mois
1952 164 41 ans
1953 - 1954 165 41,25 ans
1955 - 1957 166 41,50 ans
1958 - 1960 167 41,75 ans
1961 - 1963 168 42 ans
1964 - 1966 169 42,25 ans
1967 - 1969 170 42,50 ans
1970 - 1972 171 42,75 ans
À partir de 1973 172 43 ans

Les situations particulières

Si vous ne remplissez pas les conditions pour bénéficier d’une retraite à taux plein :

  • Dans le régime de base, une décote définitive est appliquée. Elle est proportionnelle au nombre de trimestres manquants.
  • Dans le régime complémentaire Agirc-Arrco, des coefficients d’anticipation, déterminés en fonction de votre âge et du nombre de trimestres manquants, sont appliqués définitivement sur le montant de votre retraite.

Pour compenser l’impact de ces minorations sur votre retraite, vous avez la possibilité de racheter des trimestres et des points.

Vous pouvez aussi attendre d’avoir atteint l’âge du taux plein (67 ans pour ceux nés à partir de 1955) pour demander votre retraite. Elle est alors versée à taux plein sans conditions.

Bon à savoir

La Nouvelle-Calédonie bénéficie d’un régime de base spécifique : la CAFAT. Si vous êtes concerné, sachez que pour toucher une retraite de base à taux plein en Nouvelle-Calédonie, il faut être âgé d’au moins 60 ans.
Il est toutefois possible d’accéder à une retraite à taux plein dès 57 ans et 6 mois, à condition d’avoir cotisé au moins 35 ans à la CAFAT.

Retraite complémentaire : Le coefficient temporaire majorant/minorant ?

Le dispositif temporaire majorant/minorant qui peut s’appliquer : sur votre retraite Agirc-Arrco si vous êtes né à partir de 1957 et si vous remplissez les conditions pour bénéficier d’une retraite à taux plein auprès d’un régime de base après le 1er janvier 2019.

Le coefficient minorant peut s’appliquer si vous ne reportez pas votre retraite Agirc-Arrco d’au moins 4 trimestres par rapport à la date à laquelle vous bénéficiez du taux plein.

Le coefficient majorant peut s’appliquer si vous reportez votre retraite Agirc-Arrco d’au moins 8 trimestres par rapport à la date à laquelle vous bénéficiez du taux plein.

Les cas d'exonération

Cas d’exonération totale ou partielle liés à la CSG :

  • Si vous êtes exonéré de CSG : le coefficient temporaire de minoration/majoration ne s’applique pas.
  • Si vous êtes assujetti à la CSG au taux de 3,8 % : une minoration de 5 % s'applique sur votre retraite complémentaire. Ce qui représente un coefficient de solidarité de 0,95.

Autres cas d’exonération totale :

  • Si vous bénéficiez d’une retraite anticipée pour travailleur handicapé.
  • Si vous bénéficiez du dispositif de l’amiante.
  • Si vous bénéficiez d’une retraite pour inaptitude.
  • Si vous êtes un travailleur handicapé qui n’a pas pu prendre sa retraite anticipée mais que vous justifiez d’un taux d’incapacité permanente d’au moins 50 %.
  • Si vous bénéficiez du maintien à 65 ans de l’âge du taux plein : aidants familial, assurés ayant apporté une aide à leur enfant handicapé mineur.
  • Si vous bénéficiez d’une retraite au titre de mères ouvrières.
  • Si vous bénéficiez d’une retraite au titre d’ancien déporté ou interné.
  • Si vous bénéficiez d’une retraite au titre d’ancien combattant ou prisonnier de guerre.
  • Si votre retraite complémentaire Agirc-Arrco est servie sous forme d’un versement forfaitaire unique.
  • Si votre retraite Agirc-Arrco est calculée avec une minoration à titre définitif.
  • Si vous bénéficiez, à la veille de votre retraite à taux plein au régime de base, de l’allocation spécifique de solidarité (ASS).
  • Si vous vous êtes vu reconnaître une incapacité permanente partielle de 20 % ou plus à la suite d’un accident du travail ou de trajet, ou d’une maladie professionnelle.
  • Si vous bénéficiez d’une pension d’invalidité de 2ème ou 3ème catégorie.
  • Si vous bénéficiez ou avez bénéficié de l’allocation adulte handicapé (AAH).