Retraite à l’étranger : comment bien s’assurer ?

Retraite à l’étranger : comment bien s’assurer ?

Assurez votre sérénité pendant votre retraite à l'étranger ! La garantie d'une prise en charge efficace de vos frais de santé et la perception de votre retraite sans difficulté vont vous aider... à condition de bien adapter votre protection. Pour bien s'y prendre, faites le tour des grands principes.

Quelle prise en charge santé dans un pays européen ?

Vous avez choisi de vivre dans un pays de l'Union Européenne, de l’Espace Économique Européen, ou en Suisse : la première démarche consiste à transmettre vos nouvelles coordonnées à votre caisse d’Assurance Maladie.

Une fois sur place, inscrivez-vous auprès du régime d’assurance santé du pays d’accueil. Vous bénéficiez ainsi d'une prise en charge aux conditions et tarifs en vigueur localement.

Bon à savoir

Si vous résidez dans un pays européen ayant passé des accords bilatéraux, vous pouvez rester affilié à l’Assurance Maladie française. Votre caisse d'assurance maladie peut vous renseigner.

Si vous voyagez :

Séjour en France : lors de votre séjour, vous bénéficiez toujours de vos droits à l’Assurance Maladie et au remboursement de vos soins effectués sur place. Vous dépendrez de votre précédente caisse de Sécurité sociale ou de celle de votre lieu de séjour temporaire. D'ailleurs, si vous avez conservé votre carte vitale, elle fonctionne toujours - dans le cas contraire, renvoyez vos feuilles de soins à votre caisse d'affiliation.

Séjour dans l'UE, l'Espace Économique Européen ou en Suisse : demandez la Carte Européenne d’Assurance Maladie (CEAM) à votre CPAM.

Séjour hors de ces zones : vous devrez acquitter le montant de vos soins puis envoyer les factures correspondantes, avec le formulaire “soins reçus à l’étranger” à votre caisse d’affiliation en France. Vous serez alors remboursé aux taux pratiqués par l’Assurance Maladie française.

Quelle prise en charge en dehors de l’Europe ?

Vous souhaitez poser vos bagages dans un pays en dehors de l'Union Européenne, de l’Espace Économique Européen, ou de la  Suisse : sachez que vos soins ne seront plus, en principe, indemnisés par le régime général français.

Pour vous assurez une protection convenable, quelques démarches vont vous aider. Tout d'abord, avant votre départ, prévenez votre caisse d’Assurance Maladie : elle saura vous dire si le pays que vous avez choisi fait partie de ceux qui ont passé des accords permettant d’obtenir la prise en charge des frais de santé à l’étranger.

Pour garder le lien avec la Sécurité sociale française, l'adhésion à la Caisse des Français de l’Étranger (CFE) permet de prolonger votre protection santé et prévoyance dans votre pays de résidence. Caisse autonome, la CFE a été conçue pour les situations spécifiques des expatriés français. Pensez toutefois à ajouter une assurance complémentaire pour vous assurer un bon niveau de remboursement.

Dans tous les cas, ne négligez pas l'adhésion au système d’assurance santé du pays d’accueil.

Comment percevoir votre retraite à l’étranger ?

A faire impérativement : informer vos caisses de retraite de votre nouvelle domiciliation.

Si vous êtes retraité du régime général de Sécurité sociale français et du régime Agirc-Arrco, vos caisses de retraite continueront à vous verser vos allocations - à une condition : transmettre, chaque année, un certificat de vie, rempli par une administration (ambassade, mairie…) de votre pays de résidence. Depuis 2019, nous vous simplifions vos démarches : ce certificat de vie est commun au régime de base et à l'Agirc-Arrco.

Sur le même thème
  • Les rendez-vous de la retraite

    Vous avez des questions sur votre future retraite ?

    Que vous soyez proches ou non de la retraite vos conseillers retraite Malakoff Humanis sont mobilisés pour répondre à vos interrogations et votre besoin d’information lors des Rendez-vous de la retraite du 12 au 17 octobre.
    L’occasion de poser vos questions en ligne et ce gratuitement.

  • La retraite progressive, pensez-y !

    La retraite progressive, pensez-y !

    Avec 18 150 bénéficiaires au 31 décembre 2018, le départ progressif à la retraite séduit de plus en plus de futurs retraités. Il permet une transition en douceur vers la retraite. Le point sur les conditions d’accès et les atouts du dispositif.