Tension au travail ou job strain : mesurer avec le questionnaire Karasek

 Tension au travail ou job strain : mesurer avec le questionnaire Karasek

Lorsqu'un salarié se sent contraint entre les exigences du travail et l’absence de marges de manœuvre, il peut être en situation de tension au travail. Mesurer celle-ci permet de comprendre et d’agir sur l’organisation du travail. Nous vous présentons un des outils de références : la méthode Karasek.

Job strain ou stress au travail ?

La tension au travail décrit la situation ou le salarié ne dispose par des marges de manœuvre individuelles nécessaires pour répondre aux exigences du travail telles qu’il les ressent.

Cette tension ou job strain ne doit pas être confondu avec le stress au travail. Celui-ci est présent dans toutes les situations de forte demande au travail : il est donc tout à fait possible de ressentir du stress sans être en job strain. C’est par exemple le cas d’un cadre avec une très grosse charge de travail mais disposant d’une autonomie totale.

Pourquoi et comment mesurer la tension au travail ?

Le job strain est un facteur de risque pour la santé du salarié. Il impacte également l’organisation et la performance de l’entreprise. Il réduit à la fois la capacité d’initiative de la personne et son degré d’engagement. Mesurer son niveau dans une entreprise de façon précise permet donc de mieux comprendre les causes de cette tension et comment la corriger.

Plusieurs modèles permettent cette mesure, notamment ceux de Sigrist et de Karasek. Ce dernier a été validé en France par l’enquête SUMER (Surveillance médicale des expositions des salariés aux risques professionnels) qui porte sur près de 80% des salariés français. Il permet de déterminer des indices de la présence ou du risque de tension au travail.


Les chiffres : 23% des salariés français souffrent de job strain et 43% de ceux qui en souffrent considèrent que leur travail est mauvais pour leur santé.

Le questionnaire de Karasek : comment ça fonctionne ?

Trois dimensions à évaluer

Le questionnaire de Karasek mesure trois dimensions du rapport au travail :

  1. La demande psychologique, c’est-à-dire la charge psychologique associée à l’exécution des tâches, à la quantité et à la complexité de celles-ci, aux tâches imprévues, aux contraintes de temps, aux interruptions et aux demandes contradictoires.
  2. La latitude décisionnelle, évaluée selon deux facteurs :
    • L’utilisation des compétences, c’est-à-dire la possibilité pour le salarié d’utiliser ses compétences et d’en développer de nouvelles ;
    • L’autonomie décisionnelle à savoir la faculté du salarié à choisir sa façon de travailler et à participer aux décisions qui s’y rattachent ;
  3. Le soutien social au travail, qui porte sur le fait de se sentir soutenu ou écouté par les managers et de pouvoir être aidé par ses collègues. Un manque de soutien social au travail constituerait un risque pour la santé.

Un questionnaire de perception

L’évaluation est réalisée par chaque salarié de façon individuelle. Le questionnaire comporte 26 affirmations. Pour chacune, la personne exprime son accord ou son désaccord, ce qui détermine un score de 1 à 4. 9 affirmations concernent la demande psychologique, 9 la latitude décisionnelle et 6 le soutien social. L’addition des scores se fait par dimension. Et c’est le rapport entre les scores obtenues dans chacune des dimensions qui permet de détecter la présence d’une tension.

Quel indice révèle une tension au travail ?

Le job strain est avéré si le score pour la dimension de demande psychologique est élevé et celui de la latitude décisionnelle faible.

Ce constat peut être réalisé par individu ou dans le cadre de l’entreprise.

Dans ce dernier cas, il convient de réaliser l’addition des scores de tous les salariés et de déterminer un score médian par dimension. L’écart aux médianes sert ensuite à définir à partir de quel score on peut considérer qu’il existe une tension. Toutefois, il est conseillé, pour éviter toute erreur, de se référer aux données établies au niveau national dans le cadre de l’étude Sumer.

Selon celle-ci, un salarié qui a une demande psychologique supérieure à 21 et une latitude décisionnelle inférieure à 72 est en situation de tension au travail.

Le soutien social : à surveiller spécifiquement

Cette dimension du questionnaire de Karasek doit faire l’objet d’une attention particulière. L’étude Sumer montre que les salariés en tension qui ont également un faible soutien social sont plus nombreux à avoir des appréhensions concernant leur santé. A l’inverse, une augmentation du score social réduit l’effet négatif du job strain. Le fait de se sentir écouté par son manager ou de pouvoir compter sur ses collègues est un facteur apaisant.

Un aspect à ne pas négliger dans l’appréhension des risques et pour lequel des solutions existent, à commencer par le management avec bienveillance, à découvrir ici.

Sur le même thème
  • Les troubles psychiques : comment les définir ?

    Les troubles psychiques : comment les définir ?

    Le trouble psychique prend des formes différentes et variables et peut avoir un impact sur le travail. Bien pris en compte dans l’entreprise, il permet de favoriser ou maintenir l’insertion professionnelle du salarié concerné. Nos explications et nos conseils aux managers pour appréhender de façon apaisée ce sujet tabou.

  • Visuel - Sécurité psychologique au travail : quels enjeux ?

    Quels sont les enjeux de la sécurité psychologique au travail ?

    Selon qu’un salarié se sente en sécurité psychologique ou pas, il sera plus ou moins confiant, créatif et innovant, ce qui se ressentira sur l’efficacité de son travail, mais aussi sur celui de ses collègues. Le rôle du manager est donc primordial pour détecter et éventuellement répondre à une situation d’insécurité psychologique. Nous vous proposons quelques clés pour mieux appréhender ce phénomène.