​Prise en charge et traitement des différents types de diabète

​Prise en charge et traitement des différents types de diabète

Le diabète est une maladie chronique entrant dans la catégorie des Affections de Longue Durée. Selon l'IGAS (Institut Général des Affaires Sociales), le diabète était en 2010 la première maladie chronique en France avec environ 3 millions de personnes atteintes. Quels sont les différents types de diabète et leurs traitements ? Quelles sont les modalités de prise en charge du diabète ?

Les différents types de diabète

Avant d'aborder la question du traitement et de la prise en charge du diabète, il convient de définir cette pathologie.

Le diabète est une maladie chronique qui se manifeste par une hyperglycémie. Les personnes qui en souffrent ont un excès de sucre dans le sang.

Dans le cadre du diabète, la quantité de sucre présente dans leur sang à jeun est égale ou supérieure à 1,26 g par litre.

On distingue deux types de diabète :

  1. Le diabète de type 1
    Le corps d'une personne atteinte d'un diabète de type 1 ne produit pas ou très peu d'insuline. Cette dernière est une hormone secrétée par le pancréas permettant de faire pénétrer le sucre dans les cellules et de combler une partie des besoins énergétiques du corps.
    La non production d'insuline par le corps, entraîne une accumulation du sucre dans le sang et les cellules ne sont plus approvisionnées.
    Ce type de diabète se manifeste souvent avant l'âge de 30 ans chez l'enfant, l'adolescent et le jeune adulte ;
     
  2. Le diabète de type 2
    Le diabète de type 2 touche 90 % des personnes atteintes de diabète en France. Cela représente 3 millions de français.


Il est causé par une mauvaise gestion de l'insuline par le corps. Dans un premier temps, les cellules développent une forme de résistance à l'insuline. Pour pallier cette résistance, le pancréas sécrète plus d'insuline.

Cette situation dure un certain temps (cela peut être des années) jusqu'à ce que le pancréas finisse par s'épuiser et ne plus pouvoir sécréter d'insuline.

Le diabète de type 2 se manifeste de manière très progressive et est plus fréquent à partir d'un certain âge. Il peut être favorisé par un excès de poids, une alimentation trop riche et la sédentarité.

Il faut noter le caractère héréditaire du diabète.

Les symptômes de cette maladie

Les symptômes diffèrent selon le type de diabète diagnostiqué.

  • Concernant le diabète de type 1, les symptômes les plus courants sont : la fatigue, une envie d'uriner plus fréquente qu'en temps normal, une soif anormale et un amaigrissement ;

Ces symptômes peuvent s'aggraver si aucun traitement contre le diabète n'est prescrit. D'autres troubles font ainsi leur apparition tels que la perte d'appétit, une odeur d'urine anormale, la perte de la vue, la somnolence, voire un coma​.
 

  • Le diabète de type 2 est une maladie plus "insidieuse", les symptômes ressentis par les personnes sont une fatigue, des besoins fréquents d'uriner, en particulier la nuit, une augmentation des infections (cystite, mycoses...)..

Bon à savoir

Les diagnostics des diabètes de type 1 et 2 sont effectués par le biais de prises de sang.

Les personnes potentiellement atteintes d'un diabète de type 2 sont susceptibles de subir des examens complémentaires (bilan biologique, examen ophtalmologique, électrocardiogramme...)

En cas de diabète avéré, un traitement contre le diabète vous sera prescrit.

Le traitement du diabète

Le traitement du diabète, qu'il soit de type 1 ou 2 repose sur la nécessité de faire assimiler le sucre aux cellules du corps et de fournir au corps la quantité d'insuline nécessaire.

Traitement du diabète de type 1

En association avec les règles hygiéno-diététiques classiques (alimentation équilibrée, activités physiques), ce diabète est traité par différents moyens :

  • l'insulinothérapie conventionnelle qui consiste en l'injection d'insuline 2 à 3 fois par jours ;
  • l'insulinothérapie fonctionnelle qui consiste à essayer de reproduire la sécrétion naturelle de l'insuline. La personne diabétique doit recevoir 4 ou 5 injections d'insuline par jour ou se poser une pompe à insuline.


Les injections d'insuline se font sous la peau, à l'aide d'un stylo à injection, d'une seringue ou d'une pompe à insuline.

Le traitement du diabète ne se limite pas à ces injections. S'adapter à un nouveau mode de vie contraignant, savoir identifier les symptômes à risque fait aussi partie du processus de traitement du diabète. Un véritable travail doit être fait par les personnes malades.

Traitement du diabète de type 2

Le traitement du diabète de type 2 est différent de celui du diabète de type 1. Celui-ci vise surtout à réguler le taux de sucre dans le sang afin qu'il soit "normal".

La personne diabétique doit impérativement adopter un mode de vie sain et équilibré. Ainsi, la pratique d'une activité sportive régulière, une alimentation équilibrée (éviter les aliments contenant beaucoup de sucres et de graisses), le respect des horaires de repas, l'abandon du tabac sont autant de choses qui permettront de limiter l'évolution de la maladie. A cela doit s'ajouter une consommation d'alcool limitée.

Un traitement médicamenteux contre le diabète peut être envisagé lorsque les précautions citées ne suffisent pas.

Il existe différents médicaments antidiabétiques :

  • les inhibiteurs de l'Alpha-glucosidase : ils ralentissent l'absorption des glucides alimentaires ;
  • la Metformine : ce médicament permet de diminuer la quantité de sucre envoyée dans le sang par le foie ;
  • les sulfamides hypoglycémiants et les Glinides : ils permettent d'augmenter la sécrétion d'insuline par le pancréas et de rendre les cellules plus réceptives à l'insuline.


Ces médicaments se présentent sous forme de comprimés à ingérer. Ils peuvent être combinés selon les cas des personnes et leurs besoins.

Un traitement supplémentaire peut être prescrit à la personne diabétique pour limiter les risques d'apparition de maladies cardiovasculaires.

Auto-surveillance

L’efficacité du traitement doit être effectuée par un contrôle de la glycémie réalisée par le malade lui-même. 2 méthodes sont possibles :

  • a l’aide d’un auto-piqueur qui prélève une goutte de sang au bout du doigt. Celle-ci sera déposée sur une bandelette qui sera insérée dans un lecteur de glycémie.
  • autosurveillance du glucose interstitiel par système flash (depuis 2017), avec :
    • un capteur fixé à l’arrière du bras pour mesurer la concentration du glucose toutes les minutes pendant 14 jours ;
  • et un lecteur qui donne la mesure de glycémie, la tendance d’évolution et l’historique sur 8 heures. 

La prise en charge du diabète

Les diabètes de type 1 et 2 figurent sur la liste des affections longue durée exonérantes établie par l'Assurance maladie. En effet, au quotidien, la prise en charge des traitements contre le diabète et des différents soins médicaux se fait grâce au “protocole de soins”. Il s'agit du document qui permet aux personnes atteintes d'affections longue durée d'être prises en charge à 100 %. Ce document doit être présenté à chaque visite chez un médecin ou spécialiste.

Concrètement, cela signifie que la personne atteinte de diabète bénéficie d'une exonération du ticket modérateur.

L'Assurance maladie assure donc à 100 % la prise en charge des soins médicaux liés au diabète (sauf participation forfaitaire, les dépassements d'honoraires, le forfait hospitalier et les actes ou prestations non remboursées par l'Assurance maladie).

Le matériel :

  • les stylos injecteurs non jetables dans la limite d'un appareil par an ;
  • les auto piqueurs dans la limite de 1 par an pour les adultes et de 2 par an pour les adolescents de moins de 18 ans et les enfants ;
  • les lecteurs de glycémie dans la limite de 1 pour une période de 4 ans pour les adultes et de 2 pour une période de 4 ans pour les moins de 18 ans ;
  • les bandelettes réactives ;
  • les pompes à insuline dans la limite d'une tous les 4 ans et seulement en location ;
  • le matériel nécessaire à la surveillance des corps cétoniques des personnes atteintes de diabète de type 1 âgées de 18 ans et moins et des femmes enceintes ;
  • En cas d'autosurveillance par mesure du glucose interstitiel, sous certaines conditions, un kit est pris en charge tous les 4 ans, ainsi qu’un capteur tous les 14 jours.


Les frais de soins :

  • les personnes atteintes d'une ALD sont dispensées du paiement des 18 € supplémentaires facturés pour les actes médicaux lourds dont le coût est égal ou supérieur à 91 €.

Le cas de la prise en charge des examens du pied

Le pied est une partie du corps qui doit impérativement être surveillée chez la personne atteinte de diabète. Il s'agit d'une partie du corps à risque. Les personnes diabétiques présentent assez fréquemment des blessures et des lésions. Celles-ci ne doivent pas être négligées car la personne malade risque l'amputation dans les cas les plus graves.

L'Assurance maladie prend en charge les personnes diabétiques de grade 2 et 3. Les personnes diabétiques de grade 2 souffrent d'une neuropathie sensitive et-ou d'une artérite ; les personnes diabétiques de grade 3 présentent des antécédents d'ulcération du ou des pieds et-ou d'amputation des membres inférieurs.

Pour les personnes ayant atteint le grade 2 : 4 séances maximum par an sont prises en charge.

Pour les personnes ayant atteint le grade 3 : 6 séances maximum par an sont prises en charge.

Pour information les séances de soins comprennent : un examen des pieds, des soins de pédicurie podologie, une évaluation du chaussage… Le professionnel doit également prodiguer des conseils pédagogiques au patient mais aussi des conseils concernant le chaussage adapté.

Elles doivent être prescrites par le médecin traitant ou diabétologue de la personne concernée. Les soins doivent également être réalisés par un professionnel qualifié ayant suivi une formation adéquate. Ils ne peuvent pas être réalisés à domicile.

Il est à noter que le médecin spécialiste qui effectuera ces soins ne peut pas facturer de dépassements d'honoraires.

Sur le même thème
  • Visuel - Qu’est-ce que le parcours de soins coordonnés ?

    Qu’est-ce que le parcours de soins coordonnés ?

    Publié le 29.10.2019

    Pour stopper l’augmentation des dépenses de santé et du déficit de la Sécurité sociale, l’Assurance maladie a mis en place certains dispositifs, notamment le parcours de soins coordonnés. Objectif ? Encourager les assurés à un comportement vertueux et responsable vis-à-vis des dépenses de santé.

  • Visuel - Particulier comprendre santé

    Comment remplir sa feuille de soins ?

    Publié le 22.10.2019

    Quand vous consultez un médecin, vous lui présentez votre carte Vitale pour ne pas avancer la part remboursée par l’Assurance maladie. En cas d’oubli, ou lors d’une panne du lecteur de carte, vous devrez avancer les frais et votre médecin vous donnera une feuille de soins à remplir pour obtenir votre remboursement. On vous explique comment faire et à quoi correspondent les informations demandées.

  • Visuel - Hôpital public, clinique privée : quelles différences

    Hôpital public, clinique privée : quelles différences ?

    Publié le 20.05.2018

    Hôpital public, clinique, hôpital privé… Ces établissements de soins peuvent tous vous accueillir mais ont un mode de fonctionnement qui diffère. Leurs prestations sont-elles vraiment différentes ? Comment serez-vous remboursé dans chacune de ces structures ?