Qualité de vie au travail, où en est votre entreprise ?

Visuel - Qualité de vie au travail, où en est votre entreprise ?

Selon le onzième baromètre Santé et QVT de Malakoff Humanis, 73% des salariés français se disent satisfaits de leur qualité de vie au travail (QVT). Un chiffre qui ne cesse de croître, et qui prouve l’engagement des entreprises françaises à améliorer les conditions de travail, notamment. Que recouvre le champ de la QVT ? Quelles améliorations pouvez-vous encore apporter dans votre entreprise ? État des lieux.

Qualité de vie au travail : de quoi parle-t-on ?

QVT: quels enjeux ?

Selon l’Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail (ANACT), la QVT résulte de l’imbrication de 3 enjeux

  • du marché : la concurrence, les nouvelles technologies et l’innovation… Tout ce qui a un impact sur la qualité de l’engagement de vos salariés, leur employabilité et leur santé ;
  • sociétaux : le temps de transport ou les maladies chroniques par exemple. Tout ce qui prend sa source dans la société mais qui rend nécessaire les aménagements au sein de l’entreprise ;
  • de santé : comme la charge ou l’intensification du travail qui peuvent altérer la santé des employés.

La QVT additionne donc la performance globale des entreprises et l’amélioration des conditions de travail dans votre entreprise. C’est pourquoi, elle fait désormais partie des objectifs stratégiques incontournables.

Le dialogue social

La qualité de vie au travail dépend des conditions dans lesquelles vos salariés exercent leur travail, mais aussi de leur capacité à s’exprimer sur le sujet, pour que vous puissiez agir sur son contenu. La communication est en effet au cœur du processus d’amélioration de la qualité de vie au travail.

L’accord national interprofessionnel du 19 juin 2013, intitulé "Vers une politique d’amélioration de la qualité de vie au travail et de l’égalité professionnelle", proposait de renforcer la cohérence des négociations en entreprise. Cette possibilité a été reprise dans la loi relative au dialogue social et à l’emploi de juillet 2015, qui est venue proposer de nouveaux outils pour le dialogue social.
Les objectifs : impliquer les équipes, créer des espaces de discussion sur le travail, mener des expérimentations et réaliser des diagnostics partagés.

Points de vigilance et leviers d’action

De nombreux aspects doivent être étudiés : les conditions matérielles du travail, comme la chaleur, la lumière ou le bruit, mais aussi l’organisation de ce travail (aménagement du temps de travail, rémunération, rôle de l’encadrement,…).

L’ANACT retient six dimensions individuelles déterminantes pour la qualité de vie au travail :

  1. les relations sociales et professionnelles ;
  2. le contenu du travail ;
  3. l’environnement physique du travail ;
  4. l’organisation du travail ;
  5. la réalisation et le développement professionnel ;
  6. la conciliation entre vie au travail et vie hors travail.

Ces six dimensions constituent à la fois des points de vigilance que doivent vous devez surveiller en tant qu’employeur mais aussi des leviers d’action pour améliorer la qualité de vie au travail.

Élaborer et conduire un plan de prévention en entreprise
Suite à votre démarche d’évaluation des risques, il est désormais temps d’élaborer et de mettre en œuvre votre plan de prévention. Quelles sont les étapes importantes ? 

Comment améliorer la qualité de vie au travail ?

La QVT : où en sommes-nous ?

Depuis plusieurs années, les entreprises françaises se sont emparées du sujet. C’est ainsi qu’aujourd’hui, selon le baromètre “Santé et QVT” de Malakoff Humanis :

  • 77% des salariés du privé trouvent du sens à leur travail
  • 56% considèrent que leur entreprise s’occupe de leur bien-être ;
  • 81% estiment qu’il y a une bonne entente au sein de leur société.

A côté de ces motifs de satisfaction, on constate que 36% des salariés expriment leurs difficultés à concilier leur vie professionnelle avec leur vie personnelle, et 46% d’entre eux voient leur rythme de travail s’accélérer. 

La nécessité d’un plan d’action

Les différents facteurs d’amélioration doivent être réunis au sein d’un plan d’action.
Le dialogue social est alors primordial, et tous les acteurs de l’entreprise doivent être sollicités.. Le but étant d’organiser un plan qui tiendra compte des ressources humaines.

Le plan mis en place doit permettre de guider l'action:

  • avec méthode et par étapes ;
  • en fédérant les salariés de façon participative et collaborative ;
  • en disposant d’indicateurs de suivi pour réaliser les avancées ;
  • en tenant compte de la perception que chacun peut avoir du sujet.

Le rôle clé du management

Les exigences de rendement croissantes, la flexibilité du travail, les nouvelles technologies et la formalisation généralisée des procédures de travail sont des sujets qui imposent une vigilance accrue au sein de l’entreprise.
Dans ce contexte, la confiance des salariés envers leur société et leurs managers se trouve au cœur des enjeux organisationnels. L’accord national interprofessionnel sur la qualité de vie au travail précise le rôle du management, relais essentiel de la politique de l’entreprise.

Au même titre que les conditions matérielles, certaines composantes de votre management doivent faire l’objet d’attentions particulières :

  • le sentiment d’accomplissement ;
  • la reconnaissance ;
  • la progression individuelle.

Elles participent toutes au développement du bien-être au travail

Dans la conduite du management en entreprise, il convient également de considérer :

  • le sentiment d’implication ;
  • le degré d’autonomie et de responsabilisation ;
  • le droit à l’erreur ;
  • la valorisation du travail effectué.

Il s’agit là de notions intégratrices qui participent à la perception de bien-être au travail, au même titre que la culture de l’entreprise ou l’ambiance de travail.

Malakoff Humanis vous accompagne dans la mise en œuvre de vos démarches de prévention afin d’améliorer la qualité de vie au travail et d'optimiser la performance de l’entreprise.

Accompagnement QVT

Sur le même thème
  • Visuel - Risques professionnels, comment les évaluer ?

    Les risques professionnels, comment les évaluer ?

    Publié le 20.05.2018

    Le risque est défini par l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS) comme l'éventualité d'une rencontre entre l'homme et un danger auquel il peut être exposé. En milieu professionnel, comment l’employeur peut-il évaluer les risques ? Quelle démarche de prévention peut être mise en œuvre ?

  • Ce que les risques psychosociaux coûtent à l’entreprise

    Ce que les risques psychosociaux coûtent à l’entreprise.

    En France, l’assurance maladie a estimé le coût du stress au travail entre 1,9 et 3 milliards d’euros. Au-delà de leur impact humain, les risques psychosociaux ont aussi un coût financier pour l’entreprise.

  • Visuel - Bore-out : ennui au travail

    Bore-out : ennui au travail

    Théorisé en 2007 par deux consultants suisses, Peter Werder et Philippe Rothlin, le bore-out représente l’ennui mortifère quotidien au travail. Il survient le plus souvent suite à un manque de stimulation intellectuelle, une impression d’inutilité et un manque de sollicitation.