Futur retraité : c’est le moment de penser à sa complémentaire santé !

Futur retraité : c’est le moment de penser à sa complémentaire santé !

Vous étiez jusqu’à présent couvert par la complémentaire santé obligatoire de votre entreprise pour la prise en charge de vos frais de santé. Et à la retraite ? Comment allez-vous compléter les remboursements de la Sécurité sociale ? Nous vous expliquons quelles sont les différentes possibilités qui s’offrent à vous.

A quelques semaines ou mois de la retraite, il est temps de réfléchir à la façon dont vous voulez être couvert en matière de frais de santé. Vous disposez de plusieurs options pour cela et toutes présentent des avantages et des inconvénients.

1– Conserver la complémentaire santé de votre entreprise

C’est la solution la plus évidente. Il est en effet possible à tout retraité de continuer à bénéficier de la complémentaire de l’entreprise qu’il quitte. C’est une disposition inscrite dans la loi Evin. Et c’est assez facile puisque l’organisme qui gère cette complémentaire a l’obligation de vous faire cette proposition dans les deux mois suivant votre départ de l’entreprise. Et vous avez un délai de 6 mois suivant ce départ pour vous décider.

Cette option a plusieurs conséquences sur votre niveau de protection et sur le niveau de budget que vous allez devoir consacrer à votre complémentaire santé.

Les garanties sont prévues pour des actifs

Cela peut paraître anecdotique mais la couverture dont vous disposiez dans l’entreprise est adaptée à des salariés. Elle comprend donc des garanties pour tous les âges. Et certaines ne vous seront pas forcément utiles à l’avenir, par exemple la pédiatrie ou l’orthodontie enfant.

En revanche, cette complémentaire peut ne prévoir qu’un minimum en examens médicaux ou en audiologie, dont la consommation augmente avec l’âge. Autre point important : les ayants-droits, à savoir le conjoint ou les enfants à charge, ne sont plus pris en charge de façon automatique.

Aussi, avant de vous décider, nous vous conseillons de bien revérifier que les garanties vont avec votre nouvelle vie.

La cotisation est plus élevée

Jusqu’à présent, la cotisation était payée à 50 % par votre entreprise – voire parfois à 60 %. Si vous choisissez de conserver cette complémentaire santé, vous devrez payer l’intégralité.

A titre d’exemple, si vous payez actuellement 50 € et votre employeur également 50 €, vous paierez, après votre départ en retraite, la totalité, soit 100 €.

Le tarif peut évoluer rapidement à la hausse

La première année après votre départ en retraite, vous paierez l’intégralité de la cotisation mais l’organisme assureur n’a pas le droit d’augmenter celle-ci. En revanche, il peut le faire dès la deuxième année en respectant certaines limites. Ainsi, il peut augmenter votre cotisation de 25 % par rapport à celle des salariés de votre ancienne entreprise la deuxième année et de 50 % la troisième année.

Concrètement, si votre cotisation est de 100 euros en année 1, c’est-à-dire au même niveau que vos collègues encore salariés, elle pourra en année 2 être portée à 125 € et à 150 € en année 3. Et à compter de la 4ème année, l’organisme assureur n’a plus aucune obligation de modération tarifaire.

Une solution à bien évaluer

Conserver la complémentaire santé de son entreprise peut être un choix rationnel dans le cas où vous envisagez de poursuivre une acticité professionnelle, ou bien si vous attendez que votre conjoint parte également à la retraite pour souscrire une complémentaire santé commune.

Sur le long terme, il y a un risque d’un déséquilibre entre l’adaptation de la couverture à vos besoins et le tarif.

Bon à savoir

Certaines entreprises négocient des contrats de complémentaire santé spécialement conçus et plus avantageux pour leurs salariés partant à la retraite. Prenez le temps de vous renseigner auprès de votre entreprise.

2 – Profiter de la complémentaire santé d’entreprise du conjoint

Si vous êtes marié, concubin ou partenaire de PACS, vous pouvez être couvert comme ayant-droit par sa complémentaire santé d’entreprise. Il faut vérifier que son contrat le prévoit. Cette solution peut être plus ou moins avantageuse selon les cas.

Certaines complémentaires santé d’entreprise incluent le conjoint et les enfants pour un même niveau de cotisation. Dans ce cas, c’est très avantageux pour vous puisque la cotisation est prise en charge à 50 % par l’employeur et à 50 % par votre conjoint.

D’autres contrats proposent la prise en charge des conjoints et enfants sous la forme d’options facultatives. Dans ce cas, tout dépendra du tarif qui vous sera proposé. Celui-ci peut évoluer à la hausse rapidement et vous pourriez être dans la même situation de décalage entre les garanties et le tarif que dans le cas du maintien de votre complémentaire d’entreprise.

3 – Souscrire à une nouvelle complémentaire santé individuelle

Si vous voulez dès maintenant avoir une complémentaire santé qui corresponde vraiment à vos besoins, vous pouvez souscrire à un contrat individuel.  Si vous appréciez particulièrement les services rendus par votre ancienne complémentaire santé d’entreprise, vous pouvez lui demander une proposition. Vous pouvez également la mettre en concurrence avec d’autres organismes assureurs afin d’être certain de faire le bon choix.

Il y a deux avantages au fait de souscrire une complémentaire individuelle.

Le premier est que vous allez pouvoir choisir des garanties qui vous correspondent parfaitement et qui tiennent compte de vos habitudes et de vos besoins de consommation actuels et futurs.

Le deuxième avantage est que vous pourrez continuer à couvrir vos ayants-droits : conjoint, enfants, en les incluant dans votre contrat.

Evidemment, le prix de votre cotisation va dépendre de vos choix : types de garanties, couvertures des ayants-droits, etc.

Et il est fort possible qu’il soit équivalent ou plus élevé à ce que vous payez aujourd'hui.

Toutefois, ce tarif sera d’autant plus bas que vous souscrirez tôt. En effet, les cotisations des complémentaires santé individuelle évoluent chaque année en fonction de la consommation générale de soins et de l’âge de l’assuré. Pour les mêmes garanties, une personne qui souscrit à 65 ans aura un tarif plus bas qu’un souscripteur âgé de 70 ans.

Pour faire votre choix, n’attendez pas d’être parti de l’entreprise et débutez dès maintenant votre étude de la complémentaire individuelle qui  vous convient.

Malakoff Humanis vous propose

Une complémentaire santé qui vous ressemble. Bénéficiez de garanties flexibles qui s’adaptent à vos besoins et à votre budget ainsi que d’une très large gamme d’avantages utiles.

Découvrez Pack Santé Particuliers, créé avec vous et pour vous !

Nos solutions

Découvrez la solution qui vous correspond en quelques clics

Sur le même thème
  • Quand peut-on changer de complémentaire santé ?

    Quand peut-on changer de complémentaire santé ?

    Il est tout à fait possible de changer de complémentaire santé, appelée aussi mutuelle, à condition de respecter certaines règles et délais de prévenance. Nous vous proposons de faire le point sur les différents cas de résiliation et leurs mises en œuvre.

  • Plan d’épargne retraite (PER)

    L’essentiel à retenir sur le nouveau Plan d’Epargne Retraite (PER)

    Dans le but de simplifier et d’harmoniser les dispositifs d’épargne retraite, la loi Pacte (Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises) a créé le Plan d’Epargne Retraite (PER). Focus sur ce produit d’épargne disponible depuis le 1er octobre 2019.