Personne de confiance : en quoi consiste ce statut légal ?

 Personne de confiance : en quoi consiste ce statut légal ?
Publié le 19.02.2018

Le statut de personne de confiance désigne une personne chargée de vous accompagner dans vos démarches de santé. Comment la désigner, à quels moments doit-elle intervenir quelles sont ses responsabilités ? Nos réponses.

Personne de confiance : définition

La personne que vous définissez comme personne de confiance auprès des établissements de soins a la responsabilité des prises de décision dans le cas où votre état de santé ne vous permettrait plus de donner votre avis. Elle devient votre porte-parole quand vous ne pouvez pas vous exprimer. Elle est garante de vos droits et de votre volonté. Par exemple, si votre état de santé se détériore et que vous ne pouvez plus vous exprimer, c’est elle qui fera appliquer vos volontés.

La personne de confiance doit vous soutenir dans vos décisions concernant votre santé. Elle peut assister aux consultations et entretiens médicaux si vous le souhaitez, et prendre connaissance des éléments de votre dossier médical en votre présence. En revanche, elle ne devra pas divulguer les informations médicales, ni les directives anticipées vous concernant sans votre accord. Elle a un devoir de confidentialité.

Les démarches pour désigner une personne de confiance

Pour désigner la personne de confiance qui sera garante de vos droits et de vos dernières volontés, il suffit de le faire par écrit. Vous pouvez donner le statut légal de personne de confiance à la personne choisie en remplissant le formulaire de la Haute autorité de santé (HAS) ou celui d’un établissement hospitalier. Il est aussi possible réaliser cette démarche sur papier libre, à condition que votre signature et que celle de la personne de confiance désignée apparaissent toutes les deux sur le document.

Désigner une personne de confiance : un droit

Désigner une personne de confiance est un droit, non une obligation. Vous êtes libre de ne pas le faire. De la même façon, la personne désignée peut refuser d’endosser ce rôle. Avant tout, il est nécessaire d’échanger avec la personne que vous souhaitez désigner afin qu’elle comprenne bien son rôle et vos volontés.

Sur le même thème
  • Deuxième avis médical : quand et pourquoi ?

    Deuxième avis médical : quand et pourquoi ?

    Tout patient a le droit de consulter un deuxième médecin pour obtenir un nouvel avis sur son état de santé. Ce deuxième avis permet d’être mieux accompagné dans sa prise de décision sur un traitement ou une intervention chirurgicale. Nous vous donnons quelques conseils pour utiliser cette possibilité au mieux.

  • Le médecin traitant et le parcours de soins coordonnés

    Tout sur le médecin traitant et le parcours de soins coordonnés

    Pour un meilleur suivi de votre santé et une prise en charge optimale de vos soins, il est vivement recommandé de déclarer un médecin traitant. C’est la première étape de ce que l’on appelle le parcours de soins coordonnés. Cela peut impacter directement les remboursements de vos soins. En quoi cela consiste-t-il ? Quelle est l’importance du médecin traitant ? Quels sont les effets sur vos remboursements ? Retrouvez le point complet sur le parcours de soins coordonnés.

  • Mi-temps thérapeutique : que dit la loi ?

    Mi-temps thérapeutique : que dit la loi ?

    Après un arrêt prolongé pour maladie ou accident, dans certains cas, revenir au travail à temps plein n’est pas forcément la meilleure solution, pour le salarié comme pour l’employeur. Il peut être en effet préférable de recourir au dispositif de « reprise à temps partiel pour motif thérapeutique ». Nous vous expliquons ce dispositif fondé sur le dialogue entre l’employeur, le salarié et le corps médical.