Productivité au travail : le salarié efficace fait des pauses

Productivité au travail : le salarié efficace fait des pauses

Les temps de pause au travail sont loin de rendre les salariés moins efficaces. En incitant ses collaborateurs à s’interrompre de manière régulière, organisée et efficiente, l’entreprise peut gagner en productivité. Explications.

Les pauses influencent la productivité : oui, mais dans quel sens ?

« Je vais prendre un café, tu me suis ? » L’heure de la pause a sonné !
On suspend son travail souvent pour vivre un moment convivial entre collègues. La pause est agréable, certes, toutefois certains doutent de son utilité et y voient même une perte d’argent pour l’entreprise. Cependant, la pause café serait aussi bénéfique pour l’employé sur différents plans : sociabilisation, renforcement de l’esprit d’équipe et surtout, boost de productivité. Pour veiller à la santé et à la productivité de ses salariés, notamment de ceux qui travaillent sur écran toute la journée, l'essentiel serait de prendre des pauses régulières mais aussi de les mettre à profit.

Pour rester productif au travail, multiplier les pauses courtes

D’un point de vue légal d’abord, un salarié est en droit de prendre 20 minutes de pause consécutive pour 6h00 de travail effectif. Ensuite, pour limiter la fatigue des personnes travaillant sur écran, l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS) recommande de fractionner ces temps de pauses :

  • 5 minutes chaque heure en cas de travail intensif
  • 15 minutes toutes les deux heures en conditions classiques.


La clé pour rester productif serait avant tout d'organiser sa journée de façon à ne pas la passer devant l'écran. Donc de faire des pauses, mais également d’alterner le travail devant l'ordinateur et sans ordinateur. Par exemple, en incluant des temps pour l’administratif, les réunions, etc.

Que faire pendant les pauses au travail ?

Le bénéfice de la pause est nul si celle-ci est employée à se replonger sur un écran… celui du smartphone ! Afin de réellement reposer ses yeux et son cerveau durant ces quelques minutes suspendues, voici quelques exercices utiles:

  1. Quitter l’écran d’ordinateur des yeux
    Pour lutter contre la fatigue visuelle, il est bon de quitter l'écran des yeux en regardant au loin. A reproduire toutes les 20 minutes.
     
  2. Bouger
    Lors des pauses, il est recommandé de "couper" avec son activité en cours et plus encore, de bouger. C’est le moment de marcher, monter ou descendre un escalier. Bénéfique, pour la santé physique comme pour la capacité à se concentrer.
     
  3. Faire des choses positives en relation avec son travail
    C’est le parfait moment pour féliciter ou donner un coup de main à un collègue, rédiger une to-do list, préparer la salle d’une réunion, etc. Selon une étude américaine, les microcoupures seraient plus efficaces lorsqu'on ne s'éloigne pas trop de ses activités de travail.  

En revanche, on évite…

  • La pause cigarette, mauvaise pour la santé et celle de l’entourage ;
  • De se balader en plein air, difficile de s’y remettre ensuite.


Selon la même étude, les microcoupures contribuant le plus à la productivité au travail seraient des moments où le salarié apprend quelque chose de nouveau en lien avec son travail. Lorsqu'il communique positivement avec ses collègues également. D’ailleurs, la pause synchronisée favoriserait la cohésion d'équipe et la réduction des tensions au sein du groupe.

Enfin, sachez que pour réellement "déconnecter", le mieux serait de mettre à profit la pause-déjeuner et d’en faire un moment de socialisation ou de relaxation. Il s’agit aussi du parfait moment pour faire un peu de sport. Et vous, c’est quand votre prochaine pause ?


Gérer son temps au travail pour mieux lutter contre le stress

Sur le même thème
  • Bore-out : ennui au travail

    Bore-out : ennui au travail

    Théorisé en 2007 par deux consultants suisses, Peter Werder et Philippe Rothlin, le bore-out représente l’ennui mortifère quotidien au travail. Il survient le plus souvent suite à un manque de stimulation intellectuelle, une impression d’inutilité et un manque de sollicitation.

  • Ce que les risques psychosociaux coûtent à l’entreprise

    Ce que les risques psychosociaux coûtent à l’entreprise.

    En France, l’assurance maladie a estimé le coût du stress au travail entre 1,9 et 3 milliards d’euros. Au-delà de leur impact humain, les risques psychosociaux ont aussi un coût financier pour l’entreprise.

  • Qualité de vie au travail, où en est votre entreprise ?

    Qualité de vie au travail, où en est votre entreprise ?

    Selon le onzième baromètre Santé et QVT de Malakoff Humanis, 73% des salariés français se disent satisfaits de leur qualité de vie au travail (QVT). Un chiffre qui ne cesse de croître, et qui prouve l’engagement des entreprises françaises à améliorer les conditions de travail, notamment. Que recouvre le champ de la QVT ? Quelles améliorations pouvez-vous encore apporter dans votre entreprise ? Etat des lieux.