Recruter et manager une personne en situation de handicap psychique

Recruter et manager une personne en situation de handicap psychique

Mal connu et parfois anxiogène, le handicap psychique est tout à fait compatible avec une activité salariée. Le travail est même parfois un excellent moyen pour la personne de renouer avec une bonne santé. A l’entreprise et surtout au manager de rendre possible l’intégration dans une équipe d’un salarié concerné : nous vous proposons quelques conseils.

Le handicap psychique : qu’est-ce que c’est ?

Il est défini comme une limitation ou une restriction d’activité liée à une altération de l’état de santé psychique. Ce type de handicap résulte d’une maladie ou d’un trouble psychique comme la dépression, les troubles obsessionnels compulsifs, la schizophrénie ou encore les addictions. Le handicap psychique affecte le fonctionnement des capacités intellectuelles de façon partielle et/ou variable.

Comment intégrer un salarié en situation de handicap psychique ?

Depuis la loi du 11 février 2005, le handicap psychique est reconnu au même titre que le handicap physique et le handicap mental. Aussi l’entreprise dispose, pour intégrer le salarié concerné, de tous les moyens prévus pour les collaborateurs en situation de handicap, par exemple :

  • Aménager son poste de travail : bureau isolé, atténuateur de bruits, lumière, etc. ;
  • Adapter ses horaires : arrivée en décalé, temps partiel ;
  • Alléger certaines de ses missions ;
  • Élargir le télétravail ;
  • Lui proposer un accompagnement RH spécifique.

L’entreprise peut également s’appuyer sur des partenaires internes ou externes familiarisés avec le handicap psychique :

  • Le responsable des ressources humaines ;
  • La Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) ;
  • Le Médecin du travail ;
  • Un Intervenant en prévention des risques professionnels (IPRP) ;
  • Des associations de patients, etc.

Le chiffre

Un actif sur 5 présente des signes de troubles psychiques.

Comment préparer l’intégration d’une personne en handicap psychique ?

Qu’il s’agisse du retour à son poste d’un collaborateur ou de l’embauche d’une nouvelle personne : l’arrivée d’un salarié en situation de handicap psychique doit être préparée.

  • Pour le manager, le premier enjeu est de se former à ces sujets. 
    • Il s’agit de bien comprendre que ce handicap n’a aucun impact sur le travail de la personne si celle-ci est correctement accompagnée ;
    • En revanche, des micro-changements peuvent parfois faire surgir des difficultés. Par exemple, le simple déplacement d’un bureau de quelques mètres peut rendre une personne incapable de poursuivre son activité dans de bonnes conditions.
  • Le second enjeu va être de sensibiliser les membres de l’équipe. La maladie psychique est mal connue et engendre des peurs irrationnelles. Une formation de l’ensemble des collaborateurs permet de libérer la parole et de répondre à leurs principales questions. Cette étape est particulièrement importante dans le cas de l’intégration d’un nouveau collaborateur. Elle est aussi utile pour que l’équipe sache identifier les changements de comportements ou d’attitudes d’une personne en souffrance psychique. Bien menée, cette phase peut permettre d’identifier un salarié volontaire, apte à devenir le tuteur de la personne.

Comment manager au quotidien une personne en handicap psychique ?

Le rôle du manager dès l’arrivée du collaborateur est d’être à son écoute pour l’aider à s’intégrer et à mettre en œuvre ses compétences. Selon la situation cela peut passer par un suivi très strict et régulier pour accompagner le salarié vers l’autonomie. Le manager peut aussi choisir de créer un compagnonnage au sein de l’équipe ou, à l’inverse, laisser la personne travailler en solo. Il s’agit d’avoir une approche personnalisée via un dialogue constant avec le salarié concerné.

Dans tous les cas, l’organisation prévue doit être explicite et traduite par des solutions concrètes. Cette lisibilité permet au salarié de se sentir sécurisé. Pour autant, si sa situation change, le manager doit être prêt à faire évoluer son programme.

Enfin, l’organisation doit être également équitable vis-à-vis des autres membres de l’équipe.

Réussir à prendre en compte chaque individu dans sa singularité

La présence d’un salarié en situation de handicap psychique peut être perturbante mais c’est aussi une occasion unique de mieux appréhender les différences dans l’entreprise. Sans avoir de handicap, certains salariés peuvent ponctuellement être en fragilité.

Des événements familiaux douloureux, des changements de vie : le salarié ne dépose pas ses soucis à la porte de l’entreprise. Le manager doit savoir identifier ses moments de fragilités et être capable d’accompagner le salarié vers un bon équilibre vie professionnelle/vie personnelle.

Malakoff Humanis vous accompagne

Identifier les fragilités sociales que peuvent rencontrer vos salariés et établir un plan d’action personnalisé pour votre entreprise.

Sur le même thème
  • Handicap en entreprise : favoriser l’emploi et l’accessibilité

    Handicap en entreprise : favoriser l’emploi et l’accessibilité

    Au travers de l'emploi direct, de la sous-traitance et de la contribution à l'Agefiph, les entreprises sont des acteurs essentiels en matière d’insertion professionnelle et de maintien dans l’emploi des personnes en situation de handicap. Prendre en compte le handicap, c'est aussi porter un autre regard.

  • Employer des travailleurs handicapés : des bénéfices pour tous

    Employer des travailleurs handicapés : des bénéfices pour tous

    Publié le 10.10.2019

    Vous avez reçu la candidature d’une personne en situation de handicap, ou détecté dans vos équipes un collaborateur qui nécessite un poste de travail adapté ? Si l’emploi de personnes en situation de handicap est un devoir pour les entreprises, c’est aussi un enjeu sociétal majeur auquel vous pouvez participer. Que dit la loi sur l’emploi des personnes handicapées ? Et quels bénéfices votre entreprise et le salarié en situation de handicap peuvent-ils en retirer ?

  • L’ergonomie des postes de travail : une solution pour réduire l’absentéisme ?

    L’ergonomie des postes de travail : une solution pour réduire l’absentéisme ?

    Toutes durées confondues, 25 % des arrêts maladie sont dus à des troubles musculosquelettiques. Agir sur l’ergonomie des postes de travail peut contribuer de façon significative à faire baisser ce chiffre. Mieux vaut prévenir que guérir, un adage qui s’applique aussi en entreprise ?