Absentéisme en entreprise : faites le bon diagnostic

Absentéisme en entreprise : faites le bon diagnostic

44 % des salariés se sont vu prescrire un arrêt maladie au cours des 12 derniers mois(1).
L’absentéisme impacte la performance des entreprises car Il engendre des difficultés d’organisation et des coûts financiers supplémentaires.
Les employeurs veulent agir mais attention, il n’y a pas de solution globale car les caractéristiques de l’absentéisme sont propres à chaque entreprise. Pour être efficace, il est donc nécessaire de poser le bon diagnostic.

L’absentéisme est un sujet complexe et, avant toute chose, il importe d’y voir clair. Il faut identifier la nature et les causes de l’absentéisme, propres à chaque entreprise, avant de construire ensuite les plans d’actions les plus adaptés.

En premier lieu, Il faut analyser les chiffres et, pour ce faire, disposer de données fiables.  Les employeurs l’ont d’ailleurs bien compris puisque 49 %(1) d’entre eux ont installé des tableaux de bord.

Les données sociales disponibles au sein de l’entreprise (service paie, bilan social) vont apporter les éléments pour mesurer l’absentéisme sur la base d’indicateurs clé : taux d’absentéisme, durée des arrêts maladie, fréquence, motifs, évolution de l’absentéisme…

Ne pas confondre absence et absentéisme

Toute absence (congés, maternité, formation…) n’est pas forcément de l’absentéisme et il est important de bien distinguer les motifs sur lesquels l’entreprise aura la possibilité d’agir. L’analyse portera donc sur les critères suivants : 

  • Maladies professionnelles en lien avec les troubles musculosquelettiques (1ère maladie professionnelle) ;
  • Arrêts en lien avec les risques psychosociaux à la suite de tensions sur le lieu de travail ou un déséquilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle ;
  • Accidents de travail et de trajet ;
  • Absences injustifiées ;
  • Congés pour enfants ou parents malades dans les situations de salariés aidants ;

Cet état des lieux complet, tant quantitatif que qualitatif, aidera à identifier les causes de l’absentéisme.

Diagnostiquer pour mieux anticiper et agir...

Parmi les solutions pour éclairer et accompagner les entreprises dans leur démarche, Malakoff Humanis propose un outil efficace : le diagnostic absentéisme. Il s’agit d’un service en ligne qui permet aux employeurs :

  • D'analyser en détail la situation dans leur entreprise ;
  • De suivre les indicateurs d’absentéisme et les comparer à ceux d’entreprises similaires ;
  • D'évaluer le coût de l’absentéisme ;
  • D'identifier les actions de prévention à mener.

Lire aussi : Diagnostiquer l’absentéisme pour mieux anticiper et agir

À partir d’une vision claire et d’un bon diagnostic, l’entreprise peut construire des actions de prévention adaptées autour de la santé, de la prévention, de la motivation car, lorsque les salariés sont en bonne santé, l’entreprise est en pleine forme.

Sur le même thème
  • Mal-être au travail : écouter, porter de l’attention, mieux accompagner

    Mal-être au travail : écouter, porter de l’attention, mieux accompagner…

    Épuisement, isolement, stress, burn-out... Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de mal être au travail.   
    Quels en sont les causes, les symptômes et les impacts sur l’entreprise ? Quelles solutions envisagées pour le prévenir et accompagner les salariés ?

  • Ce que les risques psychosociaux coûtent à l’entreprise

    Ce que les risques psychosociaux coûtent à l’entreprise.

    En France, l’assurance maladie a estimé le coût du stress au travail entre 1,9 et 3 milliards d’euros. Au-delà de leur impact humain, les risques psychosociaux ont aussi un coût financier pour l’entreprise.

  • Salariés aidants, un enjeu pour les entreprises

    Salariés aidants, un enjeu pour les entreprises

    Publié le 21.10.2019

    En 10 ans, le nombre de salariés aidants a été multiplié par deux pour atteindre 19%(1). Les entreprises qui agissent aujourd’hui pour leurs salariés aidants sont conscientes des répercussions que le rôle d’aidant peut avoir sur l’activité de l’entreprise. Pourtant, seuls 31 % des dirigeants interrogés sont en mesure d’estimer le nombre de salariés aidants présents dans leur entreprise.(2)