Salariés aidants, un enjeu pour les entreprises

Salariés aidants, un enjeu pour les entreprises

En 10 ans, le nombre de salariés aidants a été multiplié par deux pour atteindre 19%(1). Les entreprises qui agissent aujourd’hui pour leurs salariés aidants sont conscientes des répercussions que le rôle d’aidant peut avoir sur l’activité de l’entreprise. Pourtant, seuls 31 % des dirigeants interrogés sont en mesure d’estimer le nombre de salariés aidants présents dans leur entreprise.(2)

Les aidants salariés : une réalité démographique inéluctable

Si le sujet des salariés aidants est assez récent pour les entreprises,  il va se poser de manière prégnante au regard du contexte démographique et économique de la France :

  • Le vieillissement de la population qui entraine une augmentation mécanique du nombre de proches aidants. Jusqu’en 2040, la proportion de personnes âgées de 65 ans ou plus va fortement progresser (les projections démographiques de l’INSEE publiées fin 2010 indiquent qu’en 2060, un tiers de la population sera âgée de plus de 60 ans, contre seulement un quart aujourd’hui). Cette forte hausse correspond à l’arrivée dans cette classe d’âge de toutes les générations du baby-boom.
  • L’augmentation du nombre de maladies chroniques, conséquence de l’allongement de la durée de vie ainsi que de facteurs culturels et environnementaux. En 2012, 19 millions de personnes étaient atteintes d’une maladie chronique, dont 13 millions avec une limitation dans la vie courante.
    (source : Ministère de la santé et des solidarités)
  • L’allongement de la durée de vie professionnelle, qui se traduit par des départs à la retraite plus tardifs.

Les bienfaits pour l'entreprise de la mise en place de solutions pour les salarié aidants :

Les entreprises ont de nombreuses raisons de s’occuper des aidants, parmi lesquelles :

  • L’amélioration de la qualité de vie au travail des salariés  (diminution du stress,  facteur de risque pour la santé) ;
  • La réduction du présentéisme passif, en permettant au salarié d’être plus disponible grâce à  des services lui  faisant gagner du temps ;
  • La fidélisation de leurs salariés (développement du sentiment d’appartenance, de la reconnaissance lors de la mise en place de dispositifs spécifiques) ;
  • L’amélioration du niveau de confiance dans l’entreprise, notamment par une politique managériale bienveillante, par la RSE.

En facilitant la conciliation vie professionnelle / vie personnelle,  l’employeur réduit ses coûts (notamment ceux du recrutement, des arrêts maladie)  et améliore la productivité au sein de l’entreprise.

Près de 9 entreprises sur 10 qui agissent pour leurs salariés aidants déclarent avoir constaté que le rôle d'aidant peut avoir des répercussions sur l'activité de l'entreprise : tout d’abord de l’absentéisme (59 %) et des problèmes d’organisation du travail (50 %), ensuite de la démotivation des salariés aidants (48 %) et de la perte de productivité (41 %). Le présentéisme (18 %), la dégradation de l’ambiance de travail (14 %), les coûts de recrutement (11 %) pour pallier l’absence des salariés aidants sont plus rarement cités (source : enquête Agir pour les Salariés Aidants 2017).
 

A lire aussi5 étapes pour mettre en œuvre une “politique aidants” efficace dans votre entreprise.


(1)(source : Baromètre national Santé et qualité de vie au travail de Malakoff Humanis, septembre 2018)
(2)(source: enquête Agir pour les Salariés Aidants 2017).

Sur le même thème
  • Améliorer et optimiser l’organisation et la relation aidant / aidé

    Le salarié aidant : qui est-il ?

    1 salarié sur 5 est aidant et ce chiffre continue à progresser notamment du fait du vieillissement de la population. Il est donc urgent pour les entreprises de s’intéresser à ces collaborateurs, leurs vulnérabilités et leurs besoins. Nous vous proposons de découvrir les traits communs à ces salariés pas comme les autres grâce au 3ème baromètre de la Fondation Médéric Alzheimer.