La perte de sens du travail des salariés : de quoi parle-t-on ?

La perte de sens du travail des salariés : de quoi parle-t-on ?

Un salarié désengagé, exprimant des perceptions négatives de son travail ou ayant perdu sa bonne humeur : peut-être a-t-il perdu le sens de son travail ? Pour bien comprendre l’impact de ce phénomène sur le bon fonctionnement de l’entreprise, nous vous proposons des pistes de définitions et d’actions.

Comment se traduit la perte de sens ?

Un salarié qui a perdu le sens de son travail est atteint dans son bien être psychologique. Et cela a des traductions très concrètes.

La perte de sens a un impact direct sur le travail. Le salarié s’interroge sur les raisons d’accomplir telle ou telle tâche et se retrouve en difficulté pour les réaliser. Sa concentration baisse et il éprouve de plus en plus de difficultés à prendre des décisions.

Que met-on derrière ce concept de sens au travail ?

La définition du sens au travail est difficile. Selon une étude menée sur le sujet par le cabinet Deloitte, 87 % des sondés estiment que le sens au travail est défini par chaque individu. Pour autant 63 % pensent que c’est au management de donner ce sens. Ce paradoxe apparent montre que le sens au travail s’établit au carrefour entre les perceptions individuelles et l’organisation collective du travail.

Une étude canadienne propose une définition élargie : le travail a du sens lorsqu'il apporte satisfaction au salarié et qu’il correspond à ses intérêts. Il doit également faire appel à ses compétences et lui permettre de les développer. Le salarié doit pouvoir exprimer son potentiel et ainsi atteindre ses objectifs.

Le sens au travail est ainsi déterminé par six facteurs :

  1. L’utilité sociale : mon travail est utile à l’entreprise voire à la société.
  2. L’autonomie : je dispose de marges de manœuvre suffisantes pour organiser mon travail.
  3. Les occasions d’apprentissage et de développement : j’apprends, je développe mes compétences et fait progresser ma carrière.
  4. La rectitude morale : mon travail s’accomplit selon des normes auxquelles j'adhère/suis attaché.
  5. La qualité des relations : mon environnement professionnel est stimulant et l’ambiance est agréable.
  6. La reconnaissance : je suis respecté en tant que personne et mes compétences sont reconnues et appréciées à leur juste valeur.

Quel est le rôle de l’entreprise ?

Parmi les éléments souvent cités par les salariés en perte de sens on retrouve beaucoup d’éléments issus de l’organisation de l’entreprise : les messages contradictoires, les injonctions paradoxales, le décalage entre le discours et la réalité, le poids des reportings, le découpage des tâches, la perte de la finalité de l’entreprise, etc.

De plus 90 % des salariés jugent essentiel (55 %) ou important (35 %) que leur entreprise « donne un sens à leur travail ». Ce résultat de l’enquête IPSOS "Les Echos" publiée en juin 2020 montre que le niveau d’attente des collaborateurs est très élevée.

L’entreprise a donc tout intérêt à apporter des réponses à cette demande forte des salariés. Et elle ne manque pas de solutions à apporter.

Aider le salarié à retrouver du sens à son travail

Face à une personne exprimant des doutes sur l’utilité de son travail, le manager doit agir sans tarder. Un dialogue et une écoute attentive sont indispensables pour déceler ce qui a conduit le collaborateur a ce constat. Un plan d’action pourra ensuite être mis en place.  

Agir en prévention sur les déterminants du sens au travail

Partager la vision de l’entreprise et de sa stratégie et communiquer sur ses valeurs est ainsi la règle numéro 1 pour prévenir la perte de sens. Les salariés ont besoin d’avoir une vision précise de la finalité et de l’utilité de leur travail. Avoir conscience de faire partie d’un tout plus grand que soi est important pour se mobiliser au quotidien.

La gestion et le développement des compétences constitue un autre levier important. L’accès à la formation, le changement de poste, la progression de carrières participe du sentiment de sens au travail.

Autre outil de prévention à utiliser : l’organisation du travail. Revoir les circuits de décision, redonner de l’autonomie, réduire les reportings : l’entreprise peut travailler sur un mode opérationnel plus gratifiant pour les collaborateurs. L’élaboration du plan de qualité de vie de travail peut être une bonne occasion de travailler sur le sujet, notamment durant sa phase préliminaire.

Bon a savoir

Découvrez nos solutions pour effectuer le bon diagnostic pour un plan QVT qui aide vos collaborateurs à redonner du sens à leur travail.

Nos solutions

Découvrez la solution qui vous correspond en seulement quelques minutes

Sur le même thème
  • Absentéisme en entreprise : pourquoi les salariés manquent-ils à l’appel ?

    Absentéisme en entreprise : pourquoi les salariés manquent-ils à l’appel ?

    Un taux d’absentéisme élevé au sein de l’entreprise doit alerter le dirigeant qui devra prendre des mesures pour prévenir et limiter les absences de ses salariés. 
    Mais avant d’explorer les différentes solutions pour réduire l’absentéisme, il est indispensable d’en connaitre les causes.

  • L’usure professionnelle : qu’est-ce que c’est ?

    L’usure professionnelle : qu’est-ce que c’est ?

    Trop souvent associée aux seuls maux de dos des travailleurs physiques, l’usure professionnelle recouvre bien d’autres problématiques. Comprendre ces différentes manifestations et leurs origines fait partie du rôle de l’entreprise. Et des éléments indispensables pour prévenir leur apparition : nos pistes pour appréhender ce risque.

  • Entreprise : comment aider les familles monoparentales ?

    La situation de monoparentalité peut être une source de vulnérabilités personnelles mais aussi professionnelles. L’employeur peut utiliser différents leviers pour favoriser une bonne conciliation vie privée/vie pro de ces parents solos.