Comment prévenir les risques professionnels au sein de votre entreprise ?

Comment prévenir les risques professionnels au sein de votre entreprise ?

En entreprise, les risques pour vos salariés peuvent être divers : brûlure, coupure, chute... Mieux connaître ces dangers professionnels pour mieux les appréhender relève de votre responsabilité en tant qu’employeur. Comment limiter ces menaces pour la santé de vos salariés ? Votre feuille de route en quatre étapes et les principales mesures de prévention.

Première étape : les différents risques professionnels

Les risques professionnels peuvent découler d’une activité mal maîtrisée, de postures contraignantes ou encore de l’utilisation de produits chimiques. Ils peuvent être à l’origine de dommages corporels ou psychologiques, de maladies, et avoir des effets immédiats.
Bien connaître l’ensemble des risques susceptibles de se produire au sein de votre entreprise est donc impératif pour mieux les prévenir.

En fonction de l’activité de l’entreprise, les risques professionnels sont de différentes natures :

  • Mécaniques : heurts, écrasements, coupures et perforations, projections, contraintes posturales, gestes répétitifs ;
  • Physiques : vibrations, niveau sonore, température, intempéries, niveau d'éclairement, qualité de l’air, incendie et explosion ;
  • Chimiques : exposition à des substances chimiques, produits gazeux, cancérigènes, mutagènes, toxiques, corrosifs, irritants, allergisants ;
  • Biologiques : exposition à des agents infectieux et allergisants par piqûre, morsure, inhalation ;
  • Radiologiques : existence de radiations ionisantes, de rayonnements laser et/ou électromagnétiques ;
  • Psychologiques : agression physique ou verbale, harcèlement moral ou sexuel, stress, charges excessives.

Il faut distinguer bien les termes de “danger” et de “risque”. Par exemple, un produit peut être dangereux mais les risques à l’utiliser limités. En effet, si des mesures de précaution sont prises concernant son utilisation, comme le port de gants et d’un masque, le risque de dommages est alors limité. Le risque se définit donc comme une probabilité. Celle-ci est moins élevée dès lors que vous mettez en place des mesures de prévention autour d’un danger identifié.

Deuxième étape : la prévention

La prévention relève de votre responsabilité en tant qu’employeur. Selon les articles L. 4121-1 et L. 4121-2 du Code du travail, vous devez prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale de vos collaborateurs.

Il s’agit pour vous, toujours selon la loi, de mener des actions de prévention des risques professionnels et de la pénibilité au travail, d’informer, de former et de mettre en place une organisation et des moyens adaptés. La mise en œuvre de ces mesures repose sur neuf principes généraux de prévention :

  1. Éviter les risques ;
  2. Évaluer ceux qui ne peuvent être évités ;
  3. Les combattre ;
  4. Adapter le travail à l’Homme ;
  5. Tenir compte de l’état d’évolution de la technique ;
  6. Remplacer ce qui est dangereux par ce qui l’est moins ;
  7. Planifier la prévention en y intégrant technique, organisation et conditions de travail ;
  8. Prendre des mesures de protection collective ;
  9. Donner les instructions appropriées aux travailleurs.

Ces neuf principes découlent d’une démarche logique. Utilisez-les comme un guide méthodologique pour orienter et organiser votre démarche de prévention des risques professionnels au sein de votre entreprise.

Le saviez-vous ?

Sécurité et santé des salariés: quelles obligations de prévention ?

Quelles sont vos obligations de prévention pour la sécurité et la santé de vos salariés ?

Troisième étape : agir selon les mesures de prévention primaire, secondaire et tertiaire

Après avoir évalué les risques, vous pouvez agir de manière à les diminuer. Pour cela, vous pouvez opérer selon une échelle de prévention : primaire, secondaire et tertiaire.

La prévention primaire

Elle cherche à éviter l’apparition d’un risque, appelées également facteurs de risques.

Quelques exemples :

  • Vous souhaitez éviter les risques psychosociaux : faites évoluer les conditions de travail et leur organisation.
  • Vous souhaitez évitez l’utilisation d’un produit dangereux : quand c’est possible, remplacez-le par un produit plus sûr.

 

La prévention secondaire

La prévention secondaire évite la survenue d’un dommage et non d’un risque. Elle met davantage l’accent sur l’individu et sa protection. Plus concrètement, le risque n’est pas supprimé mais on renforce la capacité des salariés à y faire face.

Quelques exemples:

  • Vous souhaitez éviter la survenue de brûlures : rendez les équipements de protection obligatoires.
  • Vous souhaitez protéger vos salariés du burn out : formez-les aux techniques de gestion du stress.

Moins efficaces que les mesures de prévention primaire, les mesures de prévention secondaire sont souvent plus faciles et rapides à mettre en place.

 

La prévention tertiaire

La prévention tertiaire, quant à elle, vise à limiter les dommages en évitant la survenue de complications, de séquelles, de récidives. Un exemple:

  • Vous mettez en place un accompagnement psychologique pour vos salariés victimes d’agressions verbales.

Il peut également s’agir de mesures de maintien dans l’emploi, d’accompagnement médico-social, etc.

Ainsi, dans une analogie avec la survenue d’une maladie, la mesure de prévention primaire correspondrait à la vaccination contre la maladie, la mesure de prévention secondaire au dépistage de cette maladie et la mesure tertiaire au suivi et au traitement de la maladie.

Quatrième étape : agir !

En parallèle des actions et selon la nature de votre activité, vous pouvez également adopter différents modes d’approches : individuelle ou collective, en complétant par des mesures d’ordre technique, médical ou légal.

Les mesures collectives et individuelles

La prévention collective cherche à protéger un ensemble de salariés en supprimant ou en réduisant les situations dangereuses sur les lieux de travail. Par exemple, en équipant vos locaux de systèmes des vapeurs nocives.

La prévention individuelle, quant à elle, protège chaque salarié en mettant à sa disposition des équipements de protection ou en mettant en place des obligations, comme la vaccination. La protection individuelle est parfois la seule mesure possible pour réduire un risque dans l’entreprise.

Les mesures techniques, médicales et légales

Dans certaines situations, il convient d’adopter des mesures de prévention qui découlent d’aspects techniques, d’un suivi médical, voire de dispositions légales

  • Les mesures techniques se rapportent généralement à vos locaux et aux équipements de travail. Elles sont liées à des machines ou à des procédés de fabrication.
  • Les mesures médicales sont assurées par les services de santé au travail. Ces derniers vous conseillent, ainsi que vos salariés, et mènent des actions de prévention en entreprise ;
  • Les mesures légales se rapportent à des textes réglementaires qui vous obligent, ainsi que vos collaborateurs, à appliquer ou à respecter des mesures d'hygiène et de sécurité, sous peine de sanctions.

La prévention des risques professionnels est essentielle, tant d’un point de vue juridique et éthique que pour la performance de votre entreprise. Vous disposez désormais des clés pour élaborer un plan d’action personnalisé, parfaitement adapté aux enjeux de votre structure.

Bénéficiez de conseils d’experts et allez plus loin

Malakoff Humanis vous propose une approche dédiée pour agir durablement sur les risques professionnels, tels que les troubles musculo-squelettiques (TMS) et les risques psychosociaux (RPS) , et des solutions concrètes pour animer vos projets de prévention.

Sur le même thème
  • Prévenir les risques psychosociaux : une obligation pour les PME-TPE

    Agir pour prévenir les risques psychosociaux en TPE et PME

    Les PME et les TPE n’échappent pas aux risques psychosociaux (RPS). Même si les relations sont plus étroites au sein de ce type d’entreprises, leurs salariés sont eux-aussi soumis à ces risques. 
    Une démarche de prévention est primordiale. Elle doit s’appuyer sur l’évaluation des risques existants, des mesures de prévention associées, et la sensibilisation et la formation des salariés.

  • La santé au travail dans l’entreprise est l’affaire de tous

    La santé au travail : quels sont les acteurs à mobiliser ?

    Une politique de santé au travail efficace contribue à la performance sociale de l’entreprise.
    Une juste évaluation des risques et l’implication de tous les acteurs concernés sont nécessaires pour mettre en place un plan d’action adapté et le développement d’une véritable culture de prévention.

  •  Tension au travail ou job strain : mesurer avec le questionnaire Karasek

    Tension au travail ou job strain : mesurer avec le questionnaire Karasek

    Lorsqu'un salarié se sent contraint entre les exigences du travail et l’absence de marges de manœuvre, il peut être en situation de tension au travail. Mesurer celle-ci permet de comprendre et d’agir sur l’organisation du travail. Nous vous présentons un des outils de références : la méthode Karasek.