Appareils auditifs : comment bien les choisir ?

Kalixia audio

Les équipements visant à compenser la perte d’audition sont de plus en plus nombreux et sophistiqués. Il est donc compliqué de choisir celui qui va le mieux convenir à sa perte d’audition et à ses besoins quotidiens. Nous vous donnons quelques conseils pour trouver l’appareil auditif qu’il vous faut.

S’appuyer sur des professionnels de santé

Le simple constat de la perte d’audition par vos proches n’est pas un indice suffisant pour s’équiper ! Il est impératif de consulter un professionnel. Votre médecin traitant sera votre premier interlocuteur. Il va vous orienter vers un spécialiste ORL (Oto-Rhino-Laryngologiste, spécialisé dans les maladies de l’oreille, du nez et de la gorge).

Celui-ci va réaliser un bilan d’audition complet. Il utilise pour cela deux outils :

  • L’audiogramme consiste à faire écouter au casque des sons à fréquence très basse au patient qui indique s’il les entend. La courbe d’audition ainsi dessinée renseigne le niveau de perte d’audition
  • L’audiométrie vocale est une dictée de mots à voix haute que le patient doit restituer oralement. Ce test permet de déterminer le niveau de compréhension du langage.

A partir de ce bilan, le médecin va établir une prescription et vous orienter vers un audio-prothésiste. Cet autre professionnel de santé va être votre interlocuteur privilégié pour le choix de l’appareil mais aussi durant toute la durée de vie de l’équipement.

Quels sont les différents types d’appareils et leurs avantages ?

Un équipement auditif est composé de trois éléments principaux : un microphone, un microprocesseur et un écouteur. Le micro capte les sons, le microprocesseur les analyse et les traite de façon à ce que l’écouteur les restitue.

Il existe trois différents types d’appareillages

  1. Le contour d’oreille est une coque placée derrière l’oreille.
    Le micro et l’écouteur sont dans la coque et reliés à l’oreille par un embout en plastique. Cet appareil convient à toutes les surdités, il est toutefois conseillé pour les plus fortes. Il est solide, résistant et très facile à manipuler. En revanche, son encombrement le rend peu esthétique et difficile à utiliser pour téléphoner.

  2. Le contour d’oreille à écouteur déporté (ou micro-contour).
    C’est le même principe de coque placée derrière l’oreille. Elle est plus petite car elle accueille seulement le micro. L’écouteur est placé dans le conduit auditif et relié par un fil discret à la coque. Cet appareil offre un bon son tout en étant discret et convient également à toutes les surdités.

  3. L’intra-auriculaire.
    Il incorpore tous les éléments dans un appareil suffisamment petit pour s’insérer dans le conduit auditif. Très discret, il est destiné aux surdités légères ou moyennes. Mais il n’est pas adaptable à toutes les oreilles.

C’est l’échange avec l’audio-prothésiste qui va permettre d’orienter le choix vers l’un de ces trois dispositifs. Actuellement les appareils les plus utilisés sont les contours d’oreilles à écouteur déporté.

Est-ce qu’il est possible d’essayer son appareil ?

Parmi les prestations que doit fournir l’audio-prothésiste, est prévue l’adaptation de l’aide auditive aux besoins de la personne. Dès le premier rendez-vous, le professionnel vous fera essayer différents appareils afin que vous puissiez comparer le confort des équipements.

Ensuite, il va réaliser un appareil adapté à votre ou vos oreilles qu’il posera et réglera avec vous lors d’un deuxième rendez-vous.

Vous pouvez essayer cet équipement personnel aussi longtemps que nécessaire. Il ne faut pas hésiter, surtout durant les premières semaines, à revenir consulter l’audio-prothésiste pour faire affiner les réglages. Plus ils seront fins et plus l’adaptation sera bonne.

Combien va coûter l’équipement ?

Depuis la réforme du 100 % santé, il est possible d’accéder à des équipements de qualité sans reste à charge. Les équipements concernés, dits de Catégorie I, correspondent à la majorité des besoins en matière d’audition. Leur prix est plafonné à 950 € par oreille en 2021. La seule condition pour obtenir le remboursement à 100 % est d’avoir une complémentaire santé.

Les équipements dits de Catégorie II sont également pris en charge par la Sécurité sociale mais sur la base des équipements de Catégorie I. Le reste à charge peut être remboursé par la complémentaire santé : un point à vérifier dans le contrat.

Comment choisir son audio-prothésiste ?

Ce professionnel a un rôle essentiel : il va vous aider à trouver le bon appareil et vous accompagner tout au long de la vie de l’équipement, soit en moyenne pendant 6 ans.

L’audioprothésiste doit être compétent techniquement. Il doit surtout être à l’écoute des besoins et disponible. En cas de panne, il doit pouvoir vous recevoir très vite. C’est pourquoi il est conseillé de privilégier un professionnel à proximité de votre lieu de résidence habituel.

Les spécialistes de l’audition sont soit indépendants, soit appartiennent à des enseignes nationales. De plus en plus d’entre eux rejoignent les réseaux de soins et s’engagent sur des critères de qualité et de tarifs.

Bon à savoir

Malakoff Humanis permet à tous ses assurés en santé de bénéficier de Kalixia Audio. Un réseau de plus de 3 900 centres d’audioprothésistes qui vous garantissent un accompagnement sur mesure et l’accès à l’ensemble des équipements de votre choix à tarifs négociés.

Nos solutions

Découvrez la solution qui vous correspond en seulement quelques minutes

Sur le même thème
  • Médecines douces, quel remboursement ?

    Médecines douces, quel remboursement ?

    Alternatives, douces, naturelles : il existe une grande variété de pratiques qui n’entre pas dans la définition conventionnelle de la médecine. Ces modes de soins différents sont de plus en plus utilisés mais sont-ils bien remboursés ? Nos réponses ci-dessous

  • Deuxième avis médical : quand et pourquoi ?

    Deuxième avis médical : quand et pourquoi ?

    Tout patient a le droit de consulter un deuxième médecin pour obtenir un nouvel avis sur son état de santé. Ce deuxième avis permet d’être mieux accompagné dans sa prise de décision sur un traitement ou une intervention chirurgicale. Nous vous donnons quelques conseils pour utiliser cette possibilité au mieux.

  • Avoir deux mutuelles, est-ce possible ?

    Avoir deux mutuelles, est-ce possible ?

    Vous le savez sans doute, la loi impose depuis 2016 aux entreprises du secteur privé de proposer à leurs salariés une complémentaire santé. Peut-on, toutefois, souscrire à une deuxième mutuelle afin de bénéficier de meilleurs remboursements ?  Est-ce autorisé ? Quels sont les points positifs et les inconvénients de cette solution ? Quid de la surcomplémentaire santé ? On fait le point !