Formation au service de la conciliation vie d'aidant - vie professionnelle

Formation au service de la conciliation vie d'aidant - vie professionnelle
Publié le 21.10.2019

Une démarche de formation des collaborateurs à la conciliation vie d’aidant – vie professionnelle poursuit deux objectifs : l’amélioration de la qualité de vie au travail et la performance économique de  votre entreprise. Deux catégories d’actions peuvent être mises en place : la sensibilisation et la formation.

Sensibiliser les collaborateurs sur le sujet des aidants

Il est utile que le plus grand nombre de collaborateurs soit sensibilisé au sujet. La conférence-débat organisée sur l’heure du déjeuner est un format adapté à cet objectif. Elle doit répondre aux questions suivantes :

  • Qui sont les aidants ?
  • Quelles sont les difficultés rencontrées par les aidants ?
  • Quelles solutions existent pour les aidants ?

Les conférences de sensibilisation s’adressent à tous les collaborateurs, aidants ou non, quelle que soit leurs responsabilités dans l’entreprise.

En permettant l’accès à l’information sur le lieu de travail via la sensibilisation, l’entreprise met en œuvre une démarche à forte valeur sociale ajoutée. L’information reste un parcours du combattant pour beaucoup d’aidants.

J’étais convaincue de l’utilité d’organiser une conférence-débat sur les aidants. Comme c’est un sujet personnel, je craignais que les collaborateurs ne viennent pas. Finalement, ils étaient nombreux et ils en redemandent ! Le bouche à oreille a fait son effet. Sabrina, 42 ans, chargée de mission QVT au sein d’un groupe industriel.

La sensibilisation s'inscrit aussi dans une démarche de prévention. Les informations transmises seront utiles au collaborateur qu’il soit ou non actuellement concerné.

Mes parents ont plus de 85 ans. Ils se débrouillent, mais je sens qu’il ne suffit pas de grand-chose pour que ça bascule. J’ignorais totalement ce qui existait pour aider les personnes âgées et leurs proches. Grâce à la conférence organisée dans mon entreprise, je sais maintenant à quelles portes frapper. Nelly, 53 ans, assistante de direction dans un groupe bancaire.

Le collaborateur informé pourra à son tour être un vecteur d’information auprès de ses collègues et se montrer plus compréhensif à l’égard de ceux qui sont concernés.

J’étais agacé par l’attitude d’un collègue : pas ponctuel, régulièrement absent, souvent fatigué et peu concentré. Suite à une conférence organisée par l’entreprise, il nous a expliqué pourquoi. Sa femme souffre d’une maladie chronique invalidante. Aujourd’hui, je suis impressionné par la manière dont il gère son quotidien. Plutôt que lui mettre la pression ou lui reprocher son manque de fiabilité, ce que j’ai fait quelques fois, on s’organise différemment pour s’adapter à sa situation et aux besoins des missions. Baptiste, 33 ans, chef de projet dans une SS2I.

Former les  collaborateurs au sujet des aidants

La mise en œuvre de ces actions n’est pas plus compliquée que celle des autres formations. Vous pouvez solliciter votre OPCA pour leur financement. Une différence cependant : vous avez la garantie qu’elles répondront à des préoccupations personnelles et professionnelles de vos collaborateurs.

La formation des collaborateurs aidants

Ces formations peuvent porter sur des maladies ou des handicaps pour mieux les comprendre : cancer, autisme, Alzheimer, troubles psychiques, etc.

Elles peuvent aussi porter sur la gestion de la relation d’aide au quotidien : quel est mon rôle en tant que proche aidant ? Comment me positionner dans la relation ? Quelles sont mes limites ? Quels relais je peux solliciter ?

Dans les formations en entreprise, l’accent peut être mis sur la conciliation vie d’aidant – vie professionnelle : quels enjeux ? Quelles difficultés ? Quels outils ?

J’ai participé à une formation pour les proches aidants dans mon entreprise. J’ai pris conscience de mes limites et de ce qui est important pour moi, dont ma carrière. Aujourd’hui, j’ose davantage solliciter mes sœurs. Elles se reposaient sur moi pour accompagner nos parents devenus dépendants et notre frère handicapé. Sous prétexte que j’habite plus près, que je suis divorcé et sans enfants. Cette formation m’a aussi permis de rencontrer des collègues aidants. Depuis, on se soutient et on se coache mutuellement !. Alain, 48 ans, chargé d’affaires dans un groupe pharmaceutique.

La formation des interlocuteurs internes

Dirigeants, managers, direction des ressources humaines, service de santé au travail, service social de l’entreprise, direction de la communication et partenaires sociaux sont des acteurs clés de la prise en compte des collaborateurs aidants. A ce titre, leur formation est un levier essentiel.

Cf. fiche sur les interlocuteurs internes

Ces formations peuvent porter sur des sujets précis : la communication interpersonnelle, la gestion des difficultés personnelles des collaborateurs, les réponses existantes à destination des proches aidants en dehors de l’entreprise.

Une personne de mon équipe a eu une fille atteinte d’une leucémie, à 9 ans. Quand elle me l’a annoncé, je ne savais comment réagir, ni quels mots utiliser. Elle craignait de perdre sa place. Je me sentais écartelée entre la mère et la manager que je suis. Je voulais lui faciliter la vie mais je voyais bien les complications à venir. J’ai géré la situation, maladroitement. J’ai donc demandé à suivre une formation sur la communication et la gestion des difficultés personnelles des collaborateurs. Aujourd’hui, je me sens davantage outillée. Je pourrai m’inscrire plus sereinement, et plus efficacement, dans mon rôle de manager quand ce type de situation se présentera. Laurence, 39 ans, responsable qualité dans une usine agroalimentaire.

Les formations peuvent aussi s’adresser conjointement aux différents interlocuteurs de l’entreprise. Elles poursuivent alors trois objectifs : créer une culture commune sur le sujet, susciter la volonté d’avancer ensemble, clarifier les rôles de chacun.

Nous avons organisé au sein de l’entreprise une formation sur la prise en compte des salariés aidants. Plusieurs acteurs clés en ont bénéficié : des salariés concernés, l’infirmière et le médecin du travail, l’assistante sociale d’entreprise, des partenaires sociaux, des cadres dirigeants et des managers de proximité, des membres de la RH. Nous avons pu acquérir des repères communs sur le sujet. Nous avons aussi clarifié la façon de nous articuler dans la prise en compte de ces salariés. Jean-Paul, 57 ans, DRH dans une entreprise textile.

Mettre en place ces actions au sein de votre entreprise

Les formations peuvent être déployées en entreprise sur site ou à distance et en ligne.     
Elles peuvent être spécifiques ou non à votre entreprise. Vous avez en effet la possibilité d’orienter vos collaborateurs vers des actions organisées par d’autres.

Vous pouvez solliciter :

Pour les actions de sensibilisation :

  • Votre groupe de protection sociale
  • Des structures locales d’accompagnement des aidants (plateformes d’accompagnement et de répit, Centre Local d’Informations et de Coordination gérontologique, etc.)
  • Des associations spécialisées : l’Association Française des Aidants, France Alzheimer, la Ligue contre le Cancer, l’UNAFAM, etc.

Pour la formation des collaborateurs aidants :  

Des structures locales d’accompagnement des aidants et des associations spécialisées.

Pour la formation des collaborateurs internes :

Vos organismes de formation habituels sur les sujets RH.
Des organismes spécialisés sur le sujet des aidants, comme celui de l’Association Française des Aidants.

Sur le même thème
  • Les besoins des salariés aidants

    Quels sont les besoins des salariés aidants ?

    Publié le 21.10.2019

    Pour être performant professionnellement, il faut être bien dans sa tête. Et quand on est bien dans sa tête, on est bien au travail !
    L'entreprise peut faciliter la conciliation vie pro/vie perso en apportant des réponses aux besoins de ses salariés aidants.

  • Les impacts sur la vie professionnelle quand on est aidant

    Etre aidant : quels impacts sur la vie professionnelle

    Publié le 21.10.2019

    Toute entreprise est amenée à avoir dans ses effectifs un ou plusieurs salariés en situation d’aidant. Or pour 2 salariés aidants sur 3, l’aide apportée à un proche a des répercussions sur leur travail.

  • Vers quels interlocuteurs externes orienter les salariés aidants ?

    Vers quels interlocuteurs externes orienter les salariés aidants ?

    Publié le 21.10.2019

    Aujourd’hui, toute une palette d’acteurs est spécialisée sur l’accompagnement des proches aidants. De l’information, du soutien, en passant par de la formation, les propositions ne manquent pas !