Pourquoi souscrire une assurance "capital décès" ?

Pourquoi souscrire une assurance "capital décès" ?

Lorsqu'un salarié décède, la Sécurité sociale verse un revenu à ses ayant droits : c’est le capital décès. Il les aidera à affronter les premières dépenses. Mais pour mieux protéger vos proches, vous pouvez souscrire une assurance décès pour leur permettre de conserver leur niveau de vie.

Le décès d’un proche est une épreuve pour l’entourage et il peut aussi avoir des conséquences financières pour la famille, qui perd brusquement une de ses sources de revenus.

Comment fonctionne le versement du capital décès ?

Pour protéger vos proches, la Sécurité sociale leur verse un capital décès pour les aider à face aux premières dépenses. Cette somme est versée, par ordre de priorité :

  • Au conjoint (même en cas de séparation) ;
  • À son partenaire de PACS ;
  • À ses enfants ;
  • À défaut d’autres bénéficiaires, à ses parents.

> À lire aussi : Comment désigner les bénéficiaires d'un capital décès ?

Pour que ses proches puissent bénéficier du capital décès, le défunt devait se trouver dans une des situations suivantes les 3 mois précédant sa mort :

  • Être salarié ;
  • Être indemnisé par Pôle emploi (ou l'avoir été dans les 12 derniers mois) ;
  • Percevoir une pension d'invalidité ;
  • Être en situation d’accident de travail (AT) ou de maladie professionnelle (MP) qui lui faisait percevoir une rente d'incapacité physique permanente d'au moins 66.66%.

Vous voulez vous assurer pour un décès accidentel, une blessure ?
Nos offres prévoyance vous accompagnent dans tous les aléas de la vie.

> À lire aussi : Assurance décès : le bénéficiaire peut-il y renoncer ?

Capital décès, quelles démarches pour la famille ?

Le bénéficiaire prioritaire doit se manifester auprès de la Caisse primaire d’Assurance maladie (CPAM), dans un délai d’un mois après le décès. Passé ce délai, il dispose de deux ans pour faire valoir son droit, mais à titre de bénéficiaire non prioritaire.

Le montant du capital pour un salarié décédé est  forfaitaire, fixé par décret et revalorisé chaque année. Depuis le 1er avril 2019, ce montant est de 3 461 €. La somme peut donc être assez faible. Aussi, il est conseillé de souscrire à un contrat de prévoyance de type "assurance décès" pour protéger sa famille d’éventuelles difficultés financières.

> À lire aussi : Bilan prévoyance : êtes-vous vraiment bien couvert ?

Le contrat de prévoyance pour mieux protéger vos proches en cas de décès

Si vous souscrivez à un contrat de prévoyance auprès d’un organisme assureur, vous garantissez à votre famille le versement d’un capital décès, qui s’ajoutera à la somme reçue de la part de la CPAM. C’est une façon de mettre votre conjoint ou vos enfants à l’abri, car vous leur assurez un versement de revenus que vous aurez choisi à l’avance.

Les contrats de prévoyance sont généralement assez flexibles. Vous choisissez les modalités lors de la souscription. Vous définissez le montant assuré, combien vous paierez chaque mois, ou encore combien de temps votre famille touchera les versements.

Dès lors que vous adhérez à un contrat prévoyance, le versement du capital est garanti quoi qu’il arrive, peu importe la durée de votre souscription.

> À lire aussi : Rédiger ses dernières volontés : pensez à la prévoyance avec l'assurance obsèques

Vous voulez sécuriser l’avenir de vos proches grâce à des garanties fiables ? Découvrez nos offres de contrat prévoyance pour envisager l’avenir en toute sérénité !

Sur le même thème
  • A quel âge souscrire une assurance décès ?

    Assurance décès : quelle est la tranche d'âge pour y souscrire ?

    L’assurance décès vise à épargner tout souci financier à ses proches. Mais quand y souscrire ? Parmi les questions liées à ce type de garantie, celle de l’âge est en effet cruciale. Durée des cotisations, âge minimum et maximum de souscription, meilleur âge pour y souscrire : tout ce qu’il faut savoir.

  • Assurance décès : le bénéficiaire peut-il y renoncer ?

    Assurance décès : le bénéficiaire peut-il y renoncer ?

    Il est relativement fréquent pour le bénéficiaire d’un contrat assurance décès de souhaiter renoncer à recevoir le capital qui lui est dû, par exemple pour que celui-ci revienne au bénéficiaire de second rang. Mais cette renonciation est soumise à un cadre notamment légal et strict : voici comment procéder.