Tout savoir sur les EHPAD : prix, prise en charge et aides financières

Maison de retraite : prix, prise en charge et aides financières

Avant de décider de déménager dans un EHPAD, il est préférable de mesurer les avantages et conditions de ce nouveau mode de vie. Les tarifs, les modalités de prises en charges et les aides financières possibles font partie des éléments qui peuvent être déterminants dans la décision et dans le choix de l’établissement. Nous vous aidons à y voir plus clair.

Quel est le prix d’un EHPAD ?

Les EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) sont des maisons de retraite médicalisées qui accueillent des personnes âgées de plus de 60 ans qui ont besoin d’aide et de soins au quotidien.

En 2018, selon l’enquête annuelle menée par la caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), le tarif médian(1) pour un hébergement en établissement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) est de 1 977 €

A noter

Parmi les maisons de retraite, il existe également les résidences autonomie et les résidences services. Elles accueillent des personnes âgées autonomes qui souhaitent vivre de façon indépendante tout en bénéficiant de services.

  • Les résidences autonomies sont majoritairement gérées par des structures publiques ou à but non lucratif. Elles ont une vocation sociale. Elles appartiennent à la catégorie des établissements et services médico-sociaux : leur fonctionnement est régi par le code de l'action sociale et des familles.
  • Les résidences services sont principalement gérées par des structures privées commerciales. Elles répondent à une demande de prestation de services formulée par les personnes âgées, pour leur confort et leur bien-être. Ce ne sont pas des établissements médico-sociaux.

Comment est fixé le tarif en EHPAD ?

Deux éléments principaux entrent en ligne de compte pour déterminer le prix final que devra payer le résident en EHPAD : le prix de l’hébergement et celui de la prise en charge de la perte d’autonomie. Chacun de ses prix est fixé selon un mode spécifique.

Les tarifs d’hébergements

Ils sont déterminés par chaque établissement en fonction de critères multiples dont la localisation de la maison de retraite. Ils couvrent les frais suivants :

  • La prestation hôtelière, à savoir l’hébergement, les repas, l’entretien des chambres, le chauffage, etc.,
  • La gestion administrative,
  • Les animations ou ateliers proposés aux résidents,
  • Le blanchissage du linge de maison et de toilette.

Ils constituent la part la plus importante des frais à la charge du résident. Selon l’étude de la CNSA déjà citée, le tarif médian d’hébergement pour une chambre individuelle est de 60,22 €/jour soit un peu plus de 1 800 € par mois.

Les tarifs dépendance

Les EHPAD sont organisées pour aider les personnes en perte d’autonomie dans leur vie quotidienne :

  • Assistance à la toilette, à l’habillage ou à la prise de repas,
  • Fourniture de produits liés à l’incontinence,
  • Eventuels frais de blanchisserie supplémentaires.

Ces prestations font l’objet d’un tarif forfaitaire lié au niveau d’autonomie de la personne appelé aussi le tarif dépendance. Le niveau d’autonomie est déterminé par le médecin coordonnateur de l’EHPAD en fonction de la grille AGGIR. Il évalue en particulier les capacités psychiques et physiques de chaque personne ainsi que le besoin d’aide qu’elle peut avoir pour les actes de la vie courante comme se laver, se vêtir, se déplacer ou se nourrir. La grille compte 6 niveaux, le GIR 1 constituant la dépendance la plus lourde.

Il y a trois niveaux de forfait dépendance. Le forfait pour les personnes ayant un GIR de 1 ou 2, un forfait pour les GIR 3 ou 4 et un forfait pour les GIR 5 ou 6. Le tarif de ce dernier constitue le minimum à payer par chaque résident. En 2018, son prix médian s’établissait à 5,52 €/jour alors que le forfait GIR 1-2 atteignait 20,49 €.

Les autres frais à prendre en compte

Le prix total de la maison de retraite est donc l’addition du tarif d’hébergement et du forfait dépendance. Toutefois, d’autres éléments peuvent alourdir la facture mensuelle.

La plupart des établissements propose des prestations complémentaires comme :

  • L’intervention de professionnels pour les soins du corps (manucure, pédicure, coiffeur),
  • La possibilité d’inviter des personnes extérieures au restaurant,
  • Le téléphone et la télévision,
  • L’accès internet,
  • L’entretien du linge personnel. Ce tarif blanchisserie est très souvent inclus dans le tarif hébergement,
  • Les sorties organisées à l’extérieur (spectacles, visites, etc.).

Le prix de ces différents services n’est pas forcément inclus dans le tarif d’hébergement. Il doit alors être clairement indiqué à la personne avant son entrée dans l’établissement. Ce type de prestations a un coût très variable selon le type de maison de retraite.

> À lire aussi : Remboursement cure thermale : quelle prise en charge par la Sécurité sociale et la mutuelle ?

Bon à savoir

Le poste de télévision et/ou de radio et le combiné téléphonique doivent parfois être fournis par le résident. Les abonnements aux réseaux téléphoniques ou aux chaines télévisées sont également à la charge du résident.

EHPAD : quelle prise en charge par la Sécurité sociale ?

Tous les soins quotidiens réalisés par les aides-soignantes ou les infirmières dans l’établissement et liés à la perte d’autonomie sont pris en charge intégralement par la sécurité sociale. Celle-ci verse à chaque EHPAD un forfait lié aux nombres de personnes présentes et leur niveau de dépendance.

Ce forfait soins prend également en charge les interventions du médecin coordinateur interne ou externe.

Le résident peut toutefois avoir d’autres frais de santé. En particulier, il peut continuer à consulter son médecin traitant et des spécialistes comme l’ophtalmologue, le dentiste ou encore l’ORL. Tous ces frais seront remboursés par la sécurité sociale dans le cadre normal et, le cas échéant, par la mutuelle.

> À lire aussi : Retraités : pensez aux garanties hospitalisation

Les aides disponibles pour un séjour en EHPAD ?

Le tarif médian de 1977 € d’un séjour mensuel en maison de retraite est supérieur au revenu moyen des personnes âgées. Celui-ci s’établit en effet à 1537 € net par mois selon le rapport annuel du conseil d’orientation des retraites de 2020.

Il existe plusieurs aides ou soutiens financiers qui permettent néanmoins de financer l’entrée en maison de retraite.

L’allocation personnalisée d’autonomie (APA)

Elle est destinée aux personnes de plus de 60 ans présentant un GIR de 1 à 4 ayant besoin d’aide au quotidien. Cette demande peut être effectuée directement par l’établissement pour les personnes vivant déjà dans le même département. Le dossier peut aussi être déposé directement auprès des services sociaux du département. Celui-ci évalue la demande et décide ou non d’accorder l’allocation personnalisée d’autonomie.

L’APA en établissement est destinée à payer la partie dépendance du prix de la maison de retraite. Selon le niveau de revenus, il peut arriver qu’il y ait un reste à charge. Il s’agit dans la plupart des cas du minimum qu’est le forfait GIR 5-6.

Cette allocation est versée tous les mois et peut être révisée en particulier si le niveau de GIR se modifie dans le temps.

Bon à savoir

Il existe une APA au domicile. Cette aide est versée aux personnes en perte d’autonomie pour leur permettre de continuer à vivre chez elles. La situation de chaque personne est évaluée par les équipes médico-sociales du département lors d’une visite au domicile.

Cette appréciation in situ permet de déterminer le type de soutien dont a besoin la personne au quotidien : aide ménagère, aménagement du logement, soutien au déplacement, etc. L’APA à domicile peut également être accordée aux personnes vivant en résidence autonomie. Pour tout comprendre sur l’allocation personnalisée à l’autonomie, vous pouvez consulter le site Service public.

L’aide personnalisée au logement (APL)

Elle est attribuée par la Caisse d’allocations familiales ou par la Mutualité sociale agricole pour les ressortissants de ce régime. Cette aide est ouverte aux personnes de plus de 65 ans résidant en France de façon régulière. Son montant dépend des ressources du foyer durant la dernière année. Est inclus dans l’évaluation la valeur du patrimoine immobilier. L’APL est généralement versée directement à l’établissement d’hébergement par la CAF ou la MSA.

A noter : il est possible de réaliser une simulation en ligne du montant de son APL.

L’aide sociale à l’hébergement (ASH)

Cette aide est destinée aux personnes ayant des revenus très faibles et pour lesquelles les aides précédentes ne suffisent pas à payer la maison de retraite. Les conditions pour l’obtenir sont : 

  • avoir plus de 65 ans, 
  • résider en France de façon régulière,
  • avoir des revenus inférieurs aux montants des frais d’hébergement.

La demande d’ASH doit être déposée auprès du Centre communal d'action sociale (CCAS) de la commune où la personne réside. Il est préférable de réaliser cette demande a minima deux mois avant l’entrée en établissement.

Les ressources évaluées par les services pour décider d’allouer cette aide incluent le patrimoine immobilier. Il est également procédé à une évaluation des capacités financières des « obligés alimentaires » : enfants et, dans certains cas, petits enfants.

Cette aide peut être attribuée pour 5 ans et elle est récupérable sur la succession.

Une personne bénéficiaire de l’ASH doit reverser 90% de ses ressources y compris l’allocation logement à l’établissement d’accueil. Toutefois, le montant restant disponible doit être a minima de 109 €/mois. Cette aide cumulée en tout ou partie aux précédentes permet généralement de financer intégralement les frais de la maison de retraite.

> À lire aussi : Coût d’une hospitalisation : combien reste t-il à payer ?

D'autres dispositifs contribuant à financer la maison de retraite

Les personnes choisissant de résider en établissement peuvent bénéficier sous certaines conditions d’âge et de ressources d’une exonération des taxes d’habitation et taxes foncières ou encore de la contribution à l’audiovisuel public sur le domicile principal. 

L’évaluation des tarifs et des aides est un préalable au choix de déménager en maison de retraite. Il reste ensuite à choisir l’établissement qui correspond le mieux au projet de vie de la personne. Malakoff Humanis vous aide à trouver le bon hébergement grâce à son annuaire en ligne.

> À lire aussi : L’hospitalisation à domicile : pour qui ? pourquoi ?

(1)La moitié des établissements a un tarif inférieur à 1977 € et la moitié a un tarif supérieur.

Nos solutions

Sur le même thème
  • ​Prise en charge et traitement des différents types de diabète

    ​Prise en charge et traitement des différents types de diabète

    Le diabète est une maladie chronique entrant dans la catégorie des Affections de Longue Durée. Selon l'IGAS (Institut Général des Affaires Sociales), le diabète était en 2010 la première maladie chronique en France avec environ 3 millions de personnes atteintes. Quels sont les différents types de diabète et leurs traitements ? Quelles sont les modalités de prise en charge du diabète ?

  • Sédentarité des seniors : attention danger !

    Sédentarité des seniors : attention danger !

    La sédentarité est un problème de santé publique qui ne doit pas être négligé ; selon l'OMS, elle constituerait le 4ème facteur de risque de décès mondial. Qu'est-ce que la sédentarité chez les seniors ? Quelles en sont les causes ? Comment lutter contre ce manque d'activité ?

  • Comment lutter contre les problèmes de mémoire chez les personnes âgées

    Comment lutter contre les problèmes de mémoire chez les personnes âgées

    Les problèmes de mémoire chez les personnes âgées peuvent s'expliquer par différents facteurs cumulés. Dès l'âge de 25 ans, le nombre de neurones baisse et il peut entraîner un ralentissement moteur et mental lorsque l'âge se fait sentir. Le passage à la retraite peut altérer la qualité du sommeil, mais surtout, la polymédication peut avoir un impact négatif sur la préservation de nos 5 sens et nos capacités cognitives.