Financement d’obsèques, quelles solutions ?

particulier prévoyance conseil
Publié le 02.09.2019

La mort d’un proche est une épreuve pour sa famille. Les funérailles ont un coût, et quand la famille n'a pas anticipé cette situation, elle se retrouve parfois prise de court. Elle doit en effet payer une somme qui n’était pas prévue dans son budget.
Existe-t-il des aides pour faire face à cette situation ?

Se faire aider par la CPAM et la CNAV

Le versement du capital décès

Tout salarié ou travailleur indépendant cotise sur son salaire pour le capital décès, auprès de la  caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) ou de la Mutualité sociale agricole (MSA) pour le secteur agricole. En cas de décès, ce capital sera reversé à la famille.
Attention, ce versement n’est pas automatique : la famille doit faire la démarche auprès de la CPAM ou de la MSA.

L’ASF (Allocation de soutien familial)

Votre caisse d'allocations familiales  peut vous accorder, sous certaines conditions et à votre demande, l'allocation de soutien familial si suite au décès le ou la conjoint(e) se retrouve seule avec un (ou plusieurs) enfant(s).

L'aide du Régime général

Si le défunt était retraité, pensez à contacter aussi la CNAV (Caisse nationale d’assurance vieillesse). Celle-ci peut financer la totalité ou une partie des obsèques à hauteur de 2 286,74 € prélevés sur les arrérages de la pension disponibles au décès. Un membre de la famille ou un proche avance les frais et se fait rembourser par la CNAV sur présentation d’une facture acquittée.

Bon à savoir

Vous voulez protéger votre entourage de toute éventualité ?

Les autres acteurs qui peuvent financer des obsèques

Commune, banque, notaire… Même si on n’y pense pas toujours, il y a d’autres recours.

  • La mairie du lieu de décès : si elle estime que la famille n’a pas les moyens de payer les obsèques, elle peut les prendre en charge (c’est alors elle qui choisit les pompes funèbres) ;
  • La banque : la banque peut autoriser les proches à utiliser jusqu’à 5 000 euros sur le compte du défunt. Généralement, la banque verse directement l’argent aux pompes funèbres ;
  • La succession : les héritiers directs peuvent demander au notaire de prélever la somme dont ils ont besoin sur la succession. Ce prélèvement est toutefois limité à 1 500 euros.

Le saviez-vous ?

Certaines assurances sont prévues pour protéger la famille proche en cas de décès accidentel.

Les contrats d'assurance décès ou d'assurance obsèques

Le capital décès forfaitaire versé par la CPAM à la mort d’un salarié est de 3 461 €, et ne suffit pas à remplacer un salaire.. Les revenus de la famille baissent alors du jour au lendemain. Pour ne pas faire courir ce risque à votre famille, il est préférable de s’assurer pour ce genre de situation.
Vous pouvez donc anticiper et prendre une assurance obsèques qui couvrira la totalité ou une partie des funérailles.

Certains contrats d’obsèques prévoient également de faire organiser les funérailles par l’assurance. Si vous avez souscrit à une assurance décès, vos proches cités dans le contrat recevront un capital et si besoin, ils pourront s’en servir pour organiser les obsèques.

Vous n’êtes pas certain de saisir la différence entre les contrats d’assurance décès et d’assurance obsèques ?

Sur le même thème
  • Contrat obsèques : quels sont vos droits ?

    Contrat obsèques : quels sont vos droits ?

    Publié le 03.07.2018

    Les contrats obsèques permettent aux proches du défunt de se libérer des aspects financiers et organisationnels qu’engendre un décès. Il n’y a pas d’âge pour y souscrire et il arrive que le titulaire du contrat souhaite y apporter des modifications. Est-il possible de modifier certaines clauses ou même d’y renoncer ? Quels sont les droits du signataire ?

  • Contrat obsèques ou contrat décès: des caractéristiques qui différent

    Contrat obsèques ou contrat décès: des caractéristiques qui différent

    Publié le 20.05.2018

    Parfois confondus, le contrat obsèques et le contrat décès sont deux assurances visant à protéger financièrement ses proches dont les objectifs sont toutefois différents. Choisir l'un ou l'autre dépend donc du type de prévoyance recherchée.

  • Organisation des obsèques : que faire en cas de désaccord ou de litiges entre les héritiers ?

    Organisation des obsèques : que faire en cas de désaccord ou de litiges entre les héritiers ?

    Publié le 03.07.2018

    Lorsque le défunt n’a pas laissé de testament ou d’assurance obsèques pour désigner clairement les modalités à suivre lors de son décès, la famille et les proches doivent choisir : inhumation ou crémation, obsèques civiles ou religieuses… Le choix peut être épineux et des désaccords peuvent alors être tranchés par un juge.